Ligue 1: Ramé, Gourcuff, Girard, Wilmots… Aidons les Girondins à choisir leur futur entraîneur

FOOTBALL Les Girondins ont besoin d’un homme fort dans la perspective de relancer le club la saison prochaine…

Marc Nouaux

— 

Christian Gourcuff.
Christian Gourcuff. — LANCELOT FREDERIC/SIPA/SIPA

Dans un mois et demi, la saison des Girondins sera terminée. Sauf improbable surprise, ils termineront entre la 7e ou la 15e place sans pression sportive, ce qui laisse aux dirigeants le temps de se pencher sur le profil de leur futur entraîneur pour la saison prochaine. Beaucoup de noms circulent. D’Ulrich Ramé, déjà en place à René Girard en passant par Christian Gourcuff ou Marc Wilmots, on essaie de définir le bon profil pour s’assoir sur le banc bordelais en 2016-2017.

  • De l’expérience

Avec un effectif de plus en plus jeune, Bordeaux se doit d’avoir à sa tête un homme capable de faire progresser des joueurs encore en post-formation. Girard a eu d’excellents résultats avec Montpellier et Lille et peut sur une ou deux saisons, apporter de la rigueur à un groupe. Dans un autre profil, la longévité de Gourcuff à Lorient plaide pour lui. Le Breton dispose d’une aura et a souvent fait du bon travail avec des jeunes et peu de moyens. Ses idées et ses méthodes bien précises sont bien rodées.

Le bon profil : Girard, Gourcuff

  • Connaître les Girondins

Pour gagner du temps, Bordeaux pourrait miser sur un coach qui connaisse déjà la maison et le contexte. Philippe Fargeon, ancien attaquant du club, insiste sur ce point. « Ce qui nous marque le plus avec les anciens, c’est qu’on n’a pas l’impression que ces jeunes savent dans quel club ils jouent. Il faut quelqu’un qui connaît cette équipe, ce maillot et qui a écrit l’histoire. Par respect pour son travail, regardons déjà ce que peut faire Ulrich Ramé. Sinon, je vois bien René Girard. » Wilmots, passé par Bordeaux en 2000-2001 et qui habite toujours en Gironde ou Gourcuff, qui a entretenu de bons rapports avec le club lors du passage de son fils, ne sont pas non plus des étrangers.

Le bon profil : Girard, Ramé

>> A lire aussi : L'ex-joueur Joachim Fernandez, devenu SDF, est mort de froid en janvier

  • Faire l’unanimité

A l’heure où les supporters girondins atteignent un point de non-retour, les dirigeants ont plutôt intérêt à trouver quelqu’un qui pourrait faire le consensus. Avec son franc-parler, Girard, pourtant un homme sympathique en privé, pâtit d’une imagine médiatique négative à cause d’une communication parfois mal maîtrisée. Wilmots, branché réseaux sociaux et renvoyant une bonne image, a le bon profil, tout comme Ramé, qui n’a jamais froissé personne. Gourcuff, avec ses méthodes plus strictes ou ses déclarations sur les supporters peut davantage diviser.

Le bon profil : Ramé, Wilmots

  • Avoir du réseau

A l’image de ce qu’avait apporté Ricardo en 2005 (Henrique, Fernando, Denilson), Bordeaux peut avoir besoin d’un entraîneur disposant d’un bon réseau de joueurs à bas prix. En étant sélectionneur de la Belgique, Wilmots a sans aucun doute une longueur d’avance sur les autres à ce niveau même si Gourcuff a toujours su dénicher de très bons joueurs à Lorient.

Le bon profil : Gourcuff, Wilmots

>> A lire aussi : Les supporters des Girondins interdits de déplacement à Marseille dimanche

  • S’inscrire sur le long terme

« Il faut quelqu’un qui consolide sur du long terme et qui ait un regard sur le centre de formation et le recrutement, estime Fargeon. Pas un voyageur ou quelqu’un qui va arriver pour se servir de Bordeaux comme d’un tremplin. » Exit donc les entraîneurs étrangers du style Gallardo. Agés respectivement de 62 et 61 ans, René Girard et Christian Gourcuff savent qu’ils ne vont pas forcément durer dans le métier. Mais leur profil de bâtisseurs qui va à l’encontre du carriérisme de certains s’inscrit dans cette logique.

Le bon profil : Girard, Gourcuff, Ramé