Assises de la Gironde: Qui sont les 3 jeunes poursuivis après la mort d'Alexis Moulinier?

JUSTICE Le procès de deux frères jumeaux de 23 ans et d’une jeune fille de 19 ans, poursuivis pour vol avec violences ayant entraîné la mort, s’est ouvert ce lundi devant la cour d’Assises de la Gironde…

Elsa Provenzano

— 

Bordeaux, Palais de Justice, 16 mai 2011.
Bordeaux, Palais de Justice, 16 mai 2011. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Dans le box trois accusés: les jumeaux Mickaël et Christophe Houwer, 23 ans, qui affichent des visages inexpressifs et une jeune fille, âgée de 17 ans au moment des faits et de presque 20 aujourd’hui qui paraît en revanche très troublée.

Le trio, dont le procès après la mort d'Alexis Moulinier, 19 ans, le 5 mars 2014, s'est ouvert ce lundi devant la Cour d'Assises de la Gironde, est poursuivi pour vol avec violences ayant entraîné la mort.

>> A lire aussi : Bordeaux: Trois jeunes jugés pour le meurtre d'Alexis, tué à cause de son téléphone

Des vols récurrents pour se payer de la drogue

Les jumeaux sont à la dérive depuis plusieurs années. Ils consomment de la cocaïne, de la MDMA et du cannabis en grande quantité. Déscolarisés, l’un depuis la 6e et l’autre depuis la 4e, ils volent des téléphones portables et des ordinateurs qu’ils revendent dans la cité du Grand Parc pour subvenir à leurs addictions.

>> A lire aussi : Bordeaux: Une association en mémoire d’un étudiant tué sur le campus

Mickaël Houwer reconnaît qu’il lui fallait au moins « une centaine d’euros par jour » pour financer sa consommation, précisant qu’il fumait une vingtaine de joints quotidiennement. Les deux frères ont tous les deux plusieurs condamnations sur leurs casiers judiciaires, notamment pour vols et ont déjà été en détention.

Des frères désocialisés très tôt

Les deux frères ont été retirés à leur mère dès leur naissance et ont été adoptés par un couple à l’âge de 7 mois. Leur mère biologique a des problèmes d’alcool et a déjà quatre autres enfants placés. Les parents adoptifs racontent que dès la maternelle, les deux petits rencontrent des difficultés pour s’ouvrir aux autres, ils sont très fusionnels. Le corps enseignant va même demander qu’ils ne soient pas dans la même classe. A l’adolescence les deux frères, qui sont en échec scolaire, font un passage en Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP). Aujourd’hui, ils ne savent ni lire ni écrire correctement.

Ils volaient leurs parents adoptifs

« Ils nous volaient, ils nous faisaient une vie invivable », raconte leur mère adoptive lors de son audition pendant l’instruction. Les deux frères confirment successivement à la barre qu’ils volaient de la nourriture mais aussi des bijoux et du matériel informatique. « Tout ce qui traînait », raconte d’une voix égale Mickaël, qui regrette « de leur avoir fait subir tout ça ».

Christophe Houwer, décrit comme celui qui tient le rôle de grand frère par une des enquêtrices de personnalité a frappé son père au visage un jour où il est sorti de ses gonds. « Il a pris en passant parce que je cassais tout et qu’il essayait de m’arrêter. j’étais très mal », raconte-t-il, admettant qu’avec le recul il pense que ses parents avaient peur de lui.

La jeune fille a commencé à partager la vie des jumeaux en octobre 2013 et elle a été la petite amie de Mickaël. Elle les savait porteurs d’un couteau et était au courant des vols fréquents pour acheter des stupéfiants dont elle profitait mais, selon ses déclarations, c’était la première fois qu’elle s’associait à l’un de leur méfait. Elle est poursuivie pour coaction et non pour complicité. « Elle était sous l’emprise de la drogue et des fréquentations qu’elle avait », a estimé son père à la barre.

Frappé mortellement au thorax

Le trio avait repéré le jeune homme dans le tram et suivi jusque chez lui pour lui dérober son téléphone portable. La victime, un étudiant en sciences économiques, avait des écouteurs sur les oreilles et, sans doute surpris par leur présence, aurait opposé une résistance en les découvrant dans son hall, un couteau à la main. Enervé par la réaction du jeune homme, l’un des frères jumeaux l'aurait frappé avec son arme, le blessant mortellement au thorax. Le trio a ensuite pris la fuite, avant d'être arrêté le 16 mars à Cognac alors qu’il se préparait à rejoindre l’Espagne.

Le procès se poursuit jusqu’à la fin de la semaine.