Légumes contaminés par des pesticides: Des mesures sur 12 exploitations de la métropole

ENVIRONNEMENT Après la détection de pesticides interdits depuis 1972 en France sur des courgettes cultivées dans l'agglomération, la préfecture détaille son plan d'action...

E.P.

— 

Illustration de courgettes.
Illustration de courgettes. — MYCHELE DANIAU / AFP

Mercredi, le groupe écologiste de Bordeaux Métropole rendait publique l’information selon laquelle des contrôles réalisés cet été par les services de l’Etat ont montré la présence de deux pesticides (dieldrine et chlordane) interdits depuis 1972 en France et depuis 1992 dans l’Union Européenne.

Ce jeudi, la préfecture annonce un plan d’action pour les 12 exploitations de la zone maraîchère des Jalles qui sont concernées.

Ce qu’on sait sur la pollution des sols

La préfecture de la Gironde rapporte que des investigations complémentaires ont été réalisées entre novembre et décembre 2015 sur une trentaine d’exploitations locales.
« Seules les parcelles ayant un taux supérieur à 0,1 mg de dieldrine par kg de terre représentent un risque potentiel de production de légumes non conformes », précise-t-elle. Ce sont les cucurbitacées (concombres, courgettes…) qui ont le plus tendance à accumuler ces substances.

>> A lire aussi : Bordeaux: Des traces d'un pesticide interdit depuis 1972 relevées sur des courgettes

Un plan d’action pour douze exploitations

La préfecture préconise de privilégier les végétaux les moins accumulateurs lorsque les taux de pesticides relevés sont élevés. En parallèle, un suivi des végétaux produits dans la zone maraîchère des Jalles est lancé. Et enfin, un contrôle systématique des végétaux les plus accumulateurs de ces substances sera réalisé lorsque leurs cultures ne peuvent être déplacées sur d’autres parcelles.

« Seuls les végétaux répondant aux garanties réglementaires, donc attendues par le consommateur, seront autorisés à être commercialisés », assure la préfecture.