Gironde: La préfecture demande son avis au public pour un nouvel arrêté sur les pesticides

SANTE Jusqu'au 7 avril, les Girondins peuvent donner leur avis sur un nouvel arrêté encadrant l'épandage de pesticides sur les cultures...

E.P.

— 

Un épandage dans des vignes bordelaises. 
 
Un épandage dans des vignes bordelaises.   — S.Ortola / 20 minutes

Comme le prévoit la Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, le préfet de la Gironde, Pierre Dartout, soumet à la consultation du public jusqu’au 7 avril 2016 un nouveau projet d’arrêté « visant à renforcer le niveau de protection vis-à-vis des risques d’exposition aux épandages de produits phytopharmaceutiques, à proximité de tous les établissements accueillant des personnes vulnérables », précise la préfecture dans un communiqué. Le public peut réagir par mail ou par voie postale.

>> A lire aussi : Un nouvel arrêté sur l'épandage des pesticides qui fait déjà polémique

Ce projet d’arrêté prévoit d’élargir les mesures applicables depuis juin 2014 aux abords des établissements scolaires, à d’autres établissements et lieux accueillant des enfants (crèches, haltes garderies et aires de jeux) et des personnes vulnérables (personnes âgées ou handicapées).

Des mesures déjà contestées par les associations

L’arrêté encourage la mise en place de haies et, pour la viticulture, le recours à des matériels de pulvérisation limitant la dérive. Autant de dispositifs jugés inefficaces par les associations militantes anti-pesticides.

De même les changements d’horaires pour les épandages à proximité des lieux sensibles ne les satisfont pas. La pétition portée par Marie Lys Bibeyran, militante anti-pesticides demandait le traitement en bio des parcelles proches des écoles.

>> A lire aussi : Sur les pesticides, «les viticulteurs sont dans le déni»

« Par ailleurs, l’arrêté relatif aux bruits de voisinage sera amendé pour permettre les adaptations des dates ou horaires des traitements qui seraient rendues nécessaires par ces nouvelles dispositions », informe la préfecture. Les deux arrêtés sont consultables sur le site de la préfecture.