La piste aux futures étoiles reçoit

Marion Guillot - ©2007 20 minutes

— 

« On fait beaucoup d'acrobaties à la maison... On est assez vifs. » Magali a amené Maciré, son fils de 3 ans et demi, aux portes ouvertes de l'Ecole de cirque de Bordeaux. Organisées pour la première fois ce week-end, ces deux journées de découverte ont offert l'occasion aux familles de s'essayer aux arts de la piste. Pendant que Maciré et sa mère enchaînent les sauts sur le trampoline, d'autres marchent sur la boule ou tentent de tenir en équilibre sur un bras. « Je pensais que le fil était moins gros », s'étonne une maman, tandis que son fils s'exerce au funambulisme avec Quentin, animateur titulaire d'un brevet d'initiation. « Pour faire du cirque, il faut avant tout avoir envie et être passionné », explique Youri Gouliaev, professeur principal spécialisé en équilibre et contorsion. « C'est en essayant qu'on surmonte sa peur et qu'on peut trouver du plaisir dans une activité à laquelle on n'aurait pas pensé. »

Les deux chapiteaux de l'école de Bor­deaux, installés depuis 1999 à côté de la base sous-marine, ont accueilli 300 élèves l'an dernier. Quelques 220 sont déjà inscrits pour cette année. L'école dispense également une formation professionnelle d'artiste de cirque.

La troisième promo est attendue début octobre. D'une durée de deux ans, elle est financée à 60 % par la région, 40 % restant à la charge des étudiants (1 500 euros par an). Le directeur de l'école, Ivan Quezada, espère obtenir un financement intégral, dont bénéficient déjà les sept autres centres de formation de France.