Bordeaux: Michèle Delaunay envisage une candidature pour 2020

POLITIQUE La députée PS de la deuxième circonscription de la Gironde annonce sur son blog une éventuelle candidature aux municipales de 2020...

M.B.
— 
Michèle Delaunay à la sortie d'un conseil des ministres, à Paris le 10 avril 2013.
Michèle Delaunay à la sortie d'un conseil des ministres, à Paris le 10 avril 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Un brin agacée, Michèle Delaunay, secrétaire d'Etat aux Personnes âgées durant deux ans, et députée de la deuxième circonscription de la Gironde, a annoncé samedi sur son blog qu'elle se porterait éventuellement candidate aux élections municipales de 2020 à Bordeaux. « Aujourd’hui, fortement, clairement, SERIEUSEMENT, j’exprime que si je juge en avoir la force et l’envie, que si je pense comme aujourd’hui être une candidate sérieuse, ayant des chances sérieuses elles aussi de pouvoir réaliser ce sur quoi je m’engagerai, je serai candidate en 2020 à l’élection municipale de Bordeaux. »

Comme le souligne Sud Ouest, il s'agit d'une véritable surprise. Car pour l'heure, l'actuel « leader » de la gauche bordelaise, reste l'ancien président de la Métropole, actuellement conseiller à l'Elysée, Vincent Feltesse. Largement battu par Alain Juppé aux dernières élections de 2014, Vincent Feltesse n'a jamais caché qu'il souhaitait retourner dans la prochaine bataille, et avait même annoncé qu'il serait « maire de Bordeaux en 2020. »

« Par-dessus la tête d'entendre que la gauche ne dispose pas de candidat sérieux »

Entre-temps, certains élus de gauche ont fait courir la rumeur d'une éventuelle candidature d'Emmanuel Macron à Bordeaux. Intox ? En tout cas, le leadership de Vincent Feltesse ne semble plus faire l'unanimité chez les socialistes.

« J’ai plus qu’au-delà de par-dessus la tête de lire ou d’entendre à Bordeaux, que la gauche ne dispose par de « candidat sérieux » pour affronter la droite aux prochaines municipales de 2020 » explique encore Michèle Delaunay sur son blog. « En politique, poursuit-elle, l’âgisme (la glorification des jeunes comme universels modèles et solutions) est une stupidité. En politique, les jeunes ont toute leur place mais en aucun cas ils ne doivent avoir toute la place et y faire la totalité de leur carrière, au risque d’en dépendre et de voir leurs belles idées s’affadir devant la nécessité de durer. »

En cas de candidature, elle pourrait affronter Virginie Calmels à droite. Celle-ci a été désignée comme dauphine d'Alain Juppé, si ce dernier s'avére le vainqueur de la prochaine présidentielle.