Le Musée d'Aquitaine siffle le coup d'envoi

A. Arrivé - ©2007 20 minutes

— 

« Les supporters qui chantent rendent leur équipe invincible. » La phrase de Daniel Herrero est accrochée dans un coin, entre un bouclier de Brennus et un maillot de Christophe Dominici. Jusqu'au 31 décembre, le Musée d'Aquitaine ouvre ses portes aux demis de mêlée et autres arpenteurs de l'en-but. « Le rugby, c'est un monde » rassemble, sur 800 m2, six cents objets ayant trait à l'ovalie. Au sol, les vastes pas de Walter Spanghero guident le visiteur dans les dix salles du parcours, où l'on peut observer les colosses dans les douches avant d'écouter les supporters chanter au pub. Pour son conservateur, Paul Matharan, cette exposition a parfaitement sa place dans un musée d'histoire : « Le rugby est un sujet historique dont on trouve des traces jusqu'à la Grèce antique. C'est un élément incontournable de la culture du Sud-Ouest. » Pierre Albaladejo, apparaissant près d'un transistor, ne dira pas le contraire.