Gironde: Dix députés veulent éclaircir les effets des pesticides

POLITIQUE Dix députés du département de la Gironde ont demandé une mission d'information parlementaire pour « faire la transparence » sur les effets des pesticides, après la diffusion de l'enquête Cash Investigation...

E.P. avec AFP

— 

Illustration d'un épandage dans des rangs de vigne.
Illustration d'un épandage dans des rangs de vigne. — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Ils veulent y voir plus clair sur les effets des pesticides. Dix députés de gauche du département viticole de Gironde, menés par Gilles Savary (PS), demandent une mission d’information parlementaire sur le sujet, après la diffusion de l’enquête de Cash Investigation qui a « exacerbé des craintes ».

Il y a « besoin de dépassionner le débat », a estimé mercredi lors d’une conférence de presse Gilles Savary, qui porte cette demande de mission d’information, avec 8 autres élus PS ainsi que l’écologiste Noël Mamère.

Des travaux jusqu’à fin 2016

La mission, qui comprendrait des membres de diverses commissions de l’Assemblée (Développement durable, Affaires sociales, Affaires économiques) et devrait, selon lui, être présidée par un député « neutre, ni du vignoble, ni des vergers », pourrait conduire ses travaux jusqu’à fin 2016, puis faire des préconisations au gouvernement.

Selon Gilles Savary, dont la circonscription comprend « Sauternes, Graves, Pessac », ce « sujet chronique » des risques des pesticides est ravivé par les « inquiétudes des néoruraux » et aussi « des agriculteurs eux-mêmes qui ont peur pour l’avenir de leur métier et peur pour leur santé et celle de leurs employés ».

Des données demandées sur les cas de cancer

« On sent localement une pression sociétale forte », a confirmé à ses côtés Florent Boudié, tandis que Michèle Delaunay, autre élue socialiste, estimait que « le vignoble bordelais ne doit pas être entaché de suspicion ». « Il faut sortir d’une vision manichéiste, épouvantable empoisonneur viticulteur contre pauvre et innocente victime résidente », a aussi plaidé Gilles Savary.

Il a déjà demandé à la ministre de la Santé Marisol Touraine des données épidémiologiques, en particulier sur les cas de cancer.

Un sujet sensible

Dimanche à Bordeaux, plusieurs centaines de personnes ont participé à une « marche blanche » pour sensibiliser le public aux dangers des pesticides, à l’appel de la Confédération paysanne, de Générations Futures et de plusieurs associations ou collectifs de Gironde. Cette manifestation a été organisée dix jours après la diffusion de « Cash Investigation » sur France 2, qui montrait que la Gironde faisait partie des départements français les plus exposés aux pesticides.

Ce député pense aussi que « le gouvernement doit aller plus vite » dans la mise en place de mesures de prévention, alors que par exemple sur le plan Ecophyto « les horizons reculent » face à « des résistances sur le terrain », de syndicats agricoles.

L’objectif du plan Ecophyto 2 est de diminuer le recours aux pesticides de 50 % d’ici 2025. La France est le plus gros consommateur de pesticides en Europe en volume, le 9e à l’hectare.