Ligue 1: Adam Ounas, le vrai talent brut des Girondins

FOOT Le jeune milieu offensif, encore inconstant, s’impose comme un élément offensif important malgré ses 19 ans…

Marc Nouaux

— 

Adam Ounas, buteur avec les Girondins lors du match à Guingamp, disputé le 13 février 2016.
Adam Ounas, buteur avec les Girondins lors du match à Guingamp, disputé le 13 février 2016. — AFP

Adam Ounas, c’est l’un des rayons de soleil de la saison des Girondins. Un des rares joueurs à dégager quelque chose lorsqu’il prend le ballon et accélère. A 19 ans, le milieu offensif gaucher, prend de plus en plus d’importance au sein de l’équipe pour sa première saison avec les pros (20 matchs dont 11 titularisations, quatre buts et deux passes décisives). « Je ne m’attendais pas du tout à ça », sourit l’intéressé qui a débloqué quelques situations, notamment au cœur de la crise automnale, face à Troyes ou Guingamp.

Arrivé en pro avec beaucoup d’audace, son jeu fait de percussion, de prises de risque et de dribbles le place automatiquement sous les feux des projecteurs. « Je ne fais pas très attention à ce qui se dit dans les médias », coupe-t-il, sans que l’on soit vraiment obligé de le croire.

« Qu’il ne parle pas trop aux arbitres »

Parfois déroutant, le jeune milieu offensif apprend à se cadrer et à se canaliser malgré un tempérament fougueux. Frédéric Guilbert, qui l’a côtoyé l’an passé en CFA avant de jouer avec lui en pro, peut en témoigner. « Adam c’est un très bon joueur, on connaît tous ses qualités techniques et il nous aide beaucoup sur le terrain, il commence à faire les efforts défensifs. Comme je lui ai toujours dit, il faut qu’il fasse un travail mental et qu’il ne parle pas trop aux arbitres, qu’il se concentre sur son jeu. »

>> A lire aussi : Ce que l’on retient des derniers mois de Sané aux Girondins

Ounas a conscience de râler un peu trop parfois. « Ce que je dis aux arbitres ? Ça dépend, quand un arbitre n’est pas très bon, je ne lui dis pas ça comme ça mais j’essaie de lui faire basculer de l’autre côté. Les deux-trois derniers matchs je pense que c’était mieux, le staff me l’a dit. »

Pas une bonne réputation en jeunes

Précédé d’une réputation peu flatteuse en raison de comportements nonchalants ou provocateurs en équipes de jeunes, Ounas a pour le moment les félicitations de son staff technique et de son entraîneur, qui l’a beaucoup protégé médiatiquement depuis ses débuts en pro en limitant les sollicitations de la presse.

>> A lire aussi : Philippe Lucas juge les vainqueurs de la Gambardella 2013

Depuis quelque temps, Ounas a affiché des progrès dans son jeu, particulièrement collectif. « En U19 c’était ça mon problème, reconnait-il. Le coach Lucas me le disait, en CFA c’était de mieux en mieux. Ce que je dois travailler ? La répétition des efforts, le travail défensif, je suis en train de prendre un peu de volume de jeu et on bosse à l’intérieur pour être encore plus vif et plus dur sur les duels. »

Pas de décision pour la sélection

Profitant de la politique des Girondins qui fait confiance aux jeunes, Ounas peut aspirer à s’installer en Ligue 1, avant de viser plus haut. Il doit notamment être plus constant lorsqu’il joue puisqu’il peut avoir tendance à disparaître du terrain pendant de longs moments. Il y a quelques semaines, la fédération algérienne l’a contacté pour l’inciter à choisir la sélection des Fennecs en raison de sa binationalité.

« Pour l’instant, pour les A, je n’ai pas fait de choix encore, tempère-t-il. Je vais attendre une année et m’imposer en tant que titulaire. Je vais rester en équipe de France chez les jeunes, et après on verra. » S’il poursuit sur sa lancée, avec un début de carrière tonitruant, il devra choisir plus rapidement que prévu.