Mérignac: Le projet agricole sur 50 hectares refait surface

AGRICULTURE Le maire de la ville a obtenu la suspension d'un projet de centre équestre sur cette zone où il souhaite voir se développer une filière pour l'alimentation locale...

Mickaël Bosredon

— 

Un maraîcher en Gironde en janvier 2010.
Un maraîcher en Gironde en janvier 2010. — VALINCO/SIPA

Il ne devrait finalement pas y avoir de nouveau centre équestre dans le quartier de Beutre à Mérignac. Le maire de la ville, Alain Anziani (PS), soutenu par le président de Bordeaux Métropole Alain Juppé (LR) et le président de la région Alain Rousset (PS), a obtenu la suspension de ce projet porté par la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), après avoir saisi le préfet et le ministre de l’Agriculture.

La municipalité avait accepté de vendre ce terrain de 50 hectares à la Safer, à la condition qu’elle y développe un projet agricole afin d’approvisionner les circuits courts d’alimentation. Interrogé par 20Minutes, Alain Anziani explique qu' « il y a eu une divergence très forte d’interprétation, puisque la Safer nous a fait une proposition de centre équestre. Il y avait d’autres candidats, dont un maraîcher, mais au bout d’un an d’attente, ils ont fini par se lasser et sont sortis du projet. Dans ce dossier, il semble que la Safer a tout fait pour imposer son candidat de cœur. Mais il n’y a aucun intérêt à installer ici un centre équestre, alors que nous avons besoin de développer la production agricole pour l’approvisionnement en frais des habitants. »

« La Safer a un rôle de satisfaire des obligations de service public »

La municipalité compte de surcroît déjà quatre centres équestres sur son territoire. « Du coup, j’ai saisi le préfet et le ministre de l’Agriculture pour qu’ils interviennent, et ils ont suspendu cette décision. Le préfet va demander à la Safer de faire une autre proposition. Je ne comprends pas cette volonté de passer en force de la part de la Safer, alors que c’est son rôle de satisfaire des obligations de service public. Là, elle a eu une vision d’opérateur privé » poursuit le maire de la ville.

Gérard Chausset, adjoint au maire de Mérignac, rappelle de son côté qu’il était question, au départ, d’installer « trois maraichers sur 17 hectares, d’utiliser une partie des terres pour de la compensation environnementale notamment pour le projet Dassault, et aussi de mettre en avant un projet de permaculture, ayant pour avantage en trois ans de régénérer ces terres et d’en faire un projet original, ceci sur une trentaine d’hectares. » Le projet était porté par l’association Terre d’Eseinias, qui a finalement jeté l’éponge.

« La suspension du projet de centre équestre est donc une très bonne chose » poursuit Gérard Chausset. « Maintenant, il est urgent de retrouver un projet de développement d’une agriculture durable sur ce site. » Contactée par 20Minutes, la Safer n’a pas donné suite à nos sollicitations.