Girondins: Ce que l’on retient des derniers mois de Lamine Sané au club

FOOTBALL Peu performant, impliqué dans une bagarre et retenu en Gironde contre son gré, le défenseur vit des heures difficiles…

Marc Nouaux

— 

Lamine Sané lors de la conférence de presse du capitaine, avant un match contre le FC Sion, le 21 octobre 2015 à Bordeaux.
Lamine Sané lors de la conférence de presse du capitaine, avant un match contre le FC Sion, le 21 octobre 2015 à Bordeaux. — JEAN PIERRE MULLER / AFP

Après s’être violemment battu contre Jérôme Prior, son coéquipier, Lamine Sané a manifesté ses « regrets » et va donc pouvoir retrouver le groupe pro dès mercredi, moins d’une semaine après sa mise à pied. Quels enseignements peut-on tirer de cette (courte) mise à l’écart, de cet incident et de son parcours au club lors des derniers mois ?

  • Une sanction sportive clémente

« Maintenant, il suffit de s’excuser pour que les problèmes se règlent », note Michel Le Blayo, ancien joueur du club et consultant des matchs pour la radio ARL. C’est ce qu’a fait Sané, qui peut donc postuler rapidement pour retrouver le groupe pro. Cette sanction finalement assez légère (Sané a manqué au total trois entraînements et un match à Guingamp) a d’ailleurs surpris certains supporters.

  • Il reste leader aux poings

En « couchant » Prior dans le vestiaire, Sané a montré qu’il ne fallait pas venir se frotter à lui. Même s’il ne joue plus beaucoup, il a encore de la légitimité grâce à son allonge au poing. Et ça, personne ne semble avoir envie de le contester.

Plus sérieusement, même si son brassard de capitaine lui a été retiré, on a vu à la mi-temps de la prolongation contre Nantes (3-4), qu’il avait encore du leadership en étant celui qui a pris la parole au milieu de tout le monde. Certes sans effet, son équipe prenant deux pions et se faisant éliminer.

  • Un investissement en berne

« L’état d’esprit qu’il a affiché ces derniers temps n’est pas terrible, estime Michel Le Blayo. A Lille (1-5) ou contre Nantes, je ne l’ai pas senti concerné. Est-ce que c’est physique ou mental ? Peut-être un peu des deux. Il est en dedans physiquement mais au niveau des intentions, on sent bien que ce n’était pas celui que l’on a connu il y a quelques saisons. »

Dans ce contexte, a-t-il encore un avenir en Gironde ? « C’est lui qui a les clés, insiste le consultant. Un Lamine Sané au meilleur de sa forme peut aider les Girondins. »

  • Un physique en difficulté

S’il n’est pas à 100 % physiquement, Sané n’a pas le niveau pour être titulaire aux Girondins. On le voit bien depuis plusieurs semaines, lui qui a connu plusieurs pépins à cause d’un genou douloureux, a perdu en vitesse et en rigueur dans les duels. Au final, son entraîneur préfère aligner une charnière inexpérimentée et limitée (Guilbert-Yambéré) plutôt que de le relancer dans les matchs importants.

  • Pas grand monde pour le recruter

Tout le mois de janvier, Sané a attendu qu’un club vienne le chercher. En vain. Si on a un temps évoqué l’intérêt du Besiktas, puis celui d’Aston Villa, rien ne s’est concrétisé pour l’international sénégalais. Alors qu’il lui reste un an et demi de contrat avec les Girondins, il va bien falloir qu’il rejoue pour avoir une chance ailleurs.

Si Sagnol reste sur le banc la saison prochaine et que Sané ne trouve pas de porte de sortie, une séparation à l’amiable peut être envisagée. A moins que d’ici-là, tout soit pardonné… Et oublié.