Bordeaux: Des peines allégées en appel pour les 5 chauffeurs Uberpop

JUSTICE Les cinq chauffeurs poursuivis pour exercice illégal de la profession de taxis et travail illégal ont été condamnés en appel ce mardi à des amendes et à des suspensions de permis d'un à deux mois...

Elsa Provenzano

— 

Bordeaux, le 10 fÈvrier 2014 - Des taxis manifestent dans Bordeaux pour protester contre UBER.
Bordeaux, le 10 fÈvrier 2014 - Des taxis manifestent dans Bordeaux pour protester contre UBER. — MickaÎl Bosredon / 20 Minutes

Les cinq chauffeurs Uberpop poursuivis pour exercice illégal de la profession de taxis et travail illégal ont été condamnés en appel, ce mardi, à des amendes allant de 500 à 2.000 euros et à des suspensions de permis d’un à deux mois.

Les prévenus devront aussi verser 500 euros aux quatre organisations de taxis parties civiles dans cette affaire : l’union nationale des taxis, la fédération intersyndicale des taxis, le comité de défense des taxis de la Gironde, l’union nationale des taxis et le syndicat autonome des artisans taxis de la Gironde.

Des peines allégées par rapport à celles prononcées en première instance le 2 septembre, qui prévoyaient quatre mois de suspension de permis et des amendes de 2.000 à 3.000 euros et des dommages et intérêts de 2.500 euros pour les parties civiles.

A Bordeaux, le 16 février 2016, la présidente du syndicat des taxis SAAT 33 parle d’une " petite frustration" après des peines allégées prononcées en appel pour les chauffeurs Uber. - E.Provenzano/20 Minutes

« Les condamnations sont confirmées mais les amendes et les suspensions minorées. C’est une grande déception car tout le monde reconnaît que la pratique est illégale », a réagi Nadège Roy-Lagneau, présidente du syndicat autonome des artisans taxis de la Gironde, après le délibéré. Elle retient néanmoins la confirmation des condamnations en appel et le maintien des suspensions de permis, même si elles ont été allégées, car les amendes « on a prouvé que c’est Uber qui les paye ».

Une trentaine de procédures engagées contre Uber

Si l’application Uberpop a été suspendue en France, « et pas arrêtée » précise Nadège Roy-Lagneau, en juillet 2015, elle assure que des chauffeurs clandestins continuent à circuler en Gironde.

Me Bertrand Favreur, l’avocat d’Uber, a annoncé son intention de se pourvoir en cassation.

Une trentaine de procédures seraient engagées contre Uber par les organisations professionnelles de taxis, au niveau national.