Girondins: Malgré les défaites, Sagnol ne tire toujours pas la sonnette d’alarme

FOOTBALL Les Girondins viennent d’encaisser dix-huit buts en six matchs…

Marc Nouaux

— 

Willy Sagnol à Sion le 5 novembre 2015.
Willy Sagnol à Sion le 5 novembre 2015. — Jean-Christophe Bott/AP/SIPA

Et quatre qui font dix-huit. Les Girondins restent sur une série de dix-huit buts encaissés en six matchs. Peu importe l’équipe alignée, peu importe la défense ou le gardien de but en place, les erreurs individuelles s’accumulent et précipitent l’équipe girondine dans le doute et la médiocrité, comme ce fut le cas ce mercredi soir face à Nantes 3-4).

Ambrose, Prior et Sané font des cadeaux

Ce mercredi soir, les cadeaux ont été nombreux de la part des Bordelais. C’est l’expérimenté Sané qui a montré la voie en manquant une passe simple dans sa moitié de terrain pour l’ouverture du score des Canaris. En deuxième période, Jean Ambrose, son jeune coéquipier de la défense centrale a tergiversé, essayé de dribbler un attaquant adverse puis a glissé, provoquant l’égalisation du FCN.

Enfin, pendant les prolongations, Prior a été coupable d’une faute de main sur le troisième but avant de voir Ambrose lâcher le marquage sur le quatrième. Une situation de jeu qui a rendu furieux le jeune gardien de but au moment de quitter la pelouse.

« Le match délivré par les joueurs a été plutôt bon »

Toutes ces erreurs arrivent dans la continuité des matchs précédents, où Bordeaux a effectué de nombreux cadeaux à ses adversaires. Willy Sagnol, l’entraîneur girondin, ne se montre pourtant pas alarmiste. « Le match délivré par les joueurs a été plutôt bon dans son ensemble en termes de jeu mais on a fait beaucoup trop de cadeaux sur des erreurs individuelles. C’était Noël avec un mois et demi de retard. Sinon, on n'a pas été mis en danger défensivement. »

Le discours du coach bordelais a de plus en plus de mal à coller avec la réalité. Son équipe est à la merci de n’importe quelle attaque adverse. Et si l’optimiste attaquant Thomas Touré, note que Bordeaux « essaie de jouer, comme à Lyon [0-3] et qu’on voit de bonnes choses », on peut tout de même s’étonner de cette fragilité défensive récurrente et plus qu’inquiétante.

« On essaie de trouver des solutions mais on avait encore douze ou treize absents aujourd’hui [en réalité douze plus deux joueurs mis au repos], ça fait longtemps qu’on est sur la corde raide », justifie encore Sagnol. On a bien du mal à comprendre son discours. Mais à partir de la semaine prochaine, il n'aura plus qu'un match à gérer par semaine. Avec moins de fatigue, les Girondins devraient donc prendre moins de but.