Futuroscope: Les ambitions d'un des poids lourds du tourisme de la grande région

ECONOMIE Le site du Futuroscope, à Poitiers, rouvre ce samedi et propose des nouveautés aux visiteurs...

Elsa Provenzano

— 

Vue sur la parc d'attraction du Futuroscope.
Vue sur la parc d'attraction du Futuroscope. — M VIMENET /D LAMING, Architecte / Parc du Futuroscope

Les difficultés du Futuroscope, rencontrées au début des années 2000, sont loin derrière et la santé financière du parc, dont l’actionnaire principal est la puissante Compagnie des Alpes (45 % des parts), est maintenant éclatante. Le département de la Vienne détient 38 % des parts dans ce montage qui a privilégié un partenariat public/privé.

En 2015, plus d' 1,8 million de visiteurs se sont rendus dans ce parc d’attractions et avec un chiffre d’affaires de 96 millions d’euros, il décroche la 2e place des parcs français, derrière le géant Disney, « qui ne joue pas dans la même cour », reconnaît Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope. Le parc est le premier site touristique de la grande région en nombre de visiteurs, devant la vieille ville de Sarlat et la dune du Pilat.

 
Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope. - Futuroscope/S. Laval

Le groupe se positionne comme le 2e employeur privé de la Vienne en faisant travailler 400 personnes en CDI et 800 en équivalent temps plein. Chaque année, le parc investit environ 10 % de son chiffre d’affaires pour renouveler 20 % de ses propositions et espère ainsi convaincre 60 % des visiteurs de revenir une nouvelle fois dans son parc. En 2015 et 2016, les investissements sont chiffrés à 15 millions d’euros chaque année puis baisseront ensuite à 12 millions d’euros.

Les nouveautés 2016 portées par des noms célèbres

Le Cirque du Soleil va proposer « La forge aux étoiles », un spectacle nocturne conçu sur-mesure pour le parc et qui sera visible sur le lac depuis des gradins pouvant accueillir 6.000 personnes. Des projections seront réalisées sur un écran géant de 35 mètres de haut. « C’est la première fois que le Cirque du Soleil propose un spectacle permanent en Europe », se réjouit le président du directoire, précisant qu’il est programmé pour quatre ans.

Une autre animation proposera une plongée dans les fonds marins avec les équipes de Jean Michel Cousteau, le fils du commandant Cousteau, à la découverte de petits animaux et d’une faune peu connue du grand public.

« Le monde de l’invisible », imaginé par le National Geographic, veut donner à voir ce qui va trop vite, trop lentement et ce qui est trop petit pour être décelé par l’œil humain. Le film sera projeté² sous un dôme de 900 m2.

Enfin à partir d’avril, « La loi du plus fort », un documentaire animalier tourné à la façon d’un western immerge le spectateur dans la vie de petites bêtes grâce à des caméras de 2 millimètres, insérées dans leur habitat naturel. Un film à découvrir sur un écran de 600 m2.

Un club des grands acteurs du tourisme en préparation

« On a participé à la création d’un club de grands acteurs, parmi lesquels se trouve Cap Sciences, pour faire une sorte de booking du tourisme, une place de marché et je pense que c’est un enjeu important pour le territoire. Cela prendra de 3 à 5 ans pour la mettre en place, explique Dominique Hummel. Il rappelle que le tourisme représente 8 % du PIB de la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes qui devient la deuxième région touristique de France. »

Il estime que la création d’un comité régional du tourisme à l’échelle de la nouvelle grande région serait une première étape pour nouer des partenariats. « Le Futuroscope est un levier de promotion des territoires qui doit être utilisé par la Région », insiste-t-il.

En 2017, le parc fêtera ses 30 ans et espère dépasser les 2 millions de visiteurs. Des animations autour des œuvres de Jules Verne sont en préparation.