Autocars Macron: La grande région Aquitaine demande des interdictions et des limitations

TRANSPORTS La région Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes vient de saisir l'Autorité de régulation pour limiter ou interdire quatre lignes desservies en autocar suite à la loi Macron...

Mickaël Bosredon

— 

Un autocar de l'entreprise allemande FlixBus, le 19 mai 2015 à Paris
Un autocar de l'entreprise allemande FlixBus, le 19 mai 2015 à Paris — Thomas Samson AFP

Les « cars Macron » ne sont pas bienvenus sur l'ensemble du territoire. Suite à la loi Macron qui a libéralisé le transport interurbain des voyageurs par autocar, « de nombreuses compagnies développent des liaisons régulières sur le territoire régional, au risque de porter atteinte à l'équilibre économique de certaines lignes TER » indique la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ce mardi.

Quatre lignes qui entreraient en concurrence avec les TER

En tant qu'Autorité organisatrice de transport, la Région « a donc décidé de saisir l'Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) concernant quatre liaisons.

La région demande l'interdiction de la desserte Niort/Poitiers par la société Flixbus et celle de Brive-la-Gaillarde/Périgueux par la société Courriers Rhôdaniens. Elle demande aussi qu'une limitation soit mise en place pour la desserte Limoges/Brive-la-Gaillarde par la société Flixbus et pour Mont-de-Marsan/Pau par la société Starshipper.

La loi « Macron » d'août 2015 libéralise totalement les liaisons de plus de 100 km. Mais elle « permet aux autorités organisatrices de transport (AOT) de saisir l'Arafer afin d'interdire ou de limiter les services dont deux arrêts sont distants de 100 km ou moins » si une liaison est déjà assurée régulièrement et sans correspondance par l'AOT ou s'ils portent atteinte à l'équilibre économique d'une ligne de service public, rappelle le Conseil régional.

L'Arafer dispose d'un délai de deux mois pour rendre son avis.