Bordeaux: La gare, sac de noeuds ferroviaires

TRANSPORT La SNCF a justifié les nombreux dysfonctionnements sur le réseau en Aquitaine en raison des nombreux travaux, notamment ceux de la gare. Et a confirmé plancher sur une réduction de l'offre de trains...

Mickaël Bosredon

— 

Travaux sur la grande verrière de la gare Saint-Jean, le 28 janvier 2016 Lancer le diaporama
Travaux sur la grande verrière de la gare Saint-Jean, le 28 janvier 2016 — M.Bosredon/20Minutes

Comme nous l'indiquions mercredi, la SNCF planche bien sur un plan d'allègement, provisoire, de l'offre TER en Aquitaine, afin « d'améliorer les choses » concernant la circulation de ces trains régionaux qui s'est fortement dégradée ces derniers mois.

Pour l'année 2015, le taux de régularité des TER (moins de 6' de retard) a été de 87,4 % en Aquitaine, a annoncé ce jeudi Olivier Devaux, directeur régional de SNCF Voyages. Catastrophique. Interrogé sur cette situation mercredi par 20Minutes, Christian Broucaret, président de la Fnaut (Fédération nationale des associations d'usagers de transport) en Aquitaine, révélait que la SNCF est en train de plancher sur une réduction de l'offre sur certaines lignes. Ce à quoi l'association a répondu favorablement. « Nous préférons effectivement une offre réduite mais avec des trains robustes et capacitaires, qui partent à l'heure, que l’offre actuelle qui n’est de toute façon pas tenue par la SNCF. »

Un réseau saturé de travaux

Cette mesure devrait faire partie du plan d'urgence réclamé par la grande région à la SNCF, et qui sera remis « dans les prochaines semaines » a annoncé ce jeudi Olivier Devaux. « Il faut que nous réalisions une analyse fine des graphiques sur les lignes où cela coince précisément, et où est-ce que cela entraîne des réactions en chaîne entraînant des perturbations sur d'autres lignes. » Ainsi, quelques suppressions de trains pourraient permettre de « ré-oxygéner » un peu le réseau.

Un réseau complètement saturé de travaux, a insisté la SNCF lors de sa conférence de presse ce jeudi. « Plusieurs centaines de chantiers sont engagés simultanément » a insisté Alain Autruffe, directeur régional de SNCF Réseau.

Tram-Train du Médoc pour début 2017

Ainsi, 25 millions d'euros sont engagés pour le remplacement du ballast sur 38 km de voies à Agen, et autant pour la remise en service du triangle des échoppes pour permettre aux TER un accès à la gare de Pessac d'ici à la fin de l'automne (ce qui entraînera une interruption des circulations ferroviaires sur la voie de ceinture du 13 février au 6 mars.)

L'aménagement des passages à niveaux sur la ligne du Médoc est en cours pour permettre au futur tram-train du Médoc, entre Ravezies et la gare de Blanquefort, de circuler dès dèbut 2017. Mais ce sont surtout les travaux en gare de Bordeaux qui sont les plus perturbants.

200 millions d'euros d'investissement pour la gare de Bordeaux

Quatorze projets de rénovation ou de construction y sont menés conjointement, pour une enveloppe de 200 millions d'euros. Il s'agit d'aménager la gare côté Belcier pour créer une deuxième entrée efficace, de rénover la grande verrière, réaménager les quais, et créer de nouveaux services et commerces ainsi qu'un nouveau parking. Tout cela en vue de l'arrivée de la LGV en 2017.

« Cette période de travaux est longue et va encore durer en 2016, mais nous entrevoyons le bout du tunnel » assure Olivier Devaux. Les travaux de la gare devraient en effet avancer à grande vitesse cette année. Ceux situés au nord de Bordeaux, que l'on appelle « bouchon ferroviaire », vont permettre de libérer quatre voies de circulation dès le mois de mai. « Et nous avons reçu 50 % des 46 nouvelles rames TER (Régiolis et Régio 2N). Les Régiolis seront tous réceptionnés d'ici à l'été 2016, et les Régio 2N d'ici à l'été 2017. »

Toutes ces mesures doivent permettre de retrouver une régularité des trains convenable. Mais peut-être pas dès 2016...