Les huîtres ont trop froid pour pondre

Marion Guillot - ©2007 20 minutes

— 

L'ostréiculture arcachonnaise guette le naissain. Alors que le mois d'août s'achève, les huîtres n'ont toujours pas pondu les précieuses larves qui, chaque année, colonisent les collecteurs des professionnels. « D'habitude, la ponte a lieu en juillet ou dans le courant du mois d'août », explique Jean-Charles Mauviau, directeur de la section régionale conchylicole.

Or, cette année, la météo a été trop fraîche. Pour favoriser la ponte et le développement des larves, la température de l'eau doit en effet osciller entre 22 et 24 degrés. « Mais cet été, les eaux du bassin ont plutôt varié entre 18 et 21 degrés », note le directeur de la section. « Un été breton », catastrophique pour les entreprises spécialisées dans la vente de naissain - une vingtaine sur le bassin d'Arcachon -, qui seront « obligées d'acheter des larves dans des écloseries chauffées, bretonnes ou vendéennes ». Le dernier espoir est que les températures remontent en septembre. Mais cela ne suffira pas à sauver la saison. « Les pontes de septembre ne donnent jamais de très bonnes années », admet Jean-Charles Mauviau. Mais tous les professionnels ne sont pas inquiets, notamment ceux qui, comme Bernard Delis, ont fait des réserves l'an dernier. Installé au port de Larros, à Gujan-Mestras, ses parcs sont déjà saturés de jeunes huîtres, grâce à la quantité exceptionnelle de naissain produite l'été dernier. « C'était énorme, ça s'est collé partout et j'ai tout gardé. J'ai des huîtres pour un an et demi et je vais avoir le temps de bien m'en occuper cet hiver », se réjouit-il.

indemnités L'année 2007 s'annonce encore pire que 2005. Les professionnels qui commercialisent les larves vont sans doute demander, de nouveau la reconnaissance de calamité agricole.