Vues opposées sur le terminal méthanier

O. D. et M. G. - ©2007 20 minutes

— 

La polémique gronde, à la veille de l'ouverture du débat public sur le terminal méthanier du Verdon qui prendra fin le 14 décembre. Débat entre Laurent Courbu, président de la chambre de commerce et d'industrie, en faveur du projet, et Nicole Badot, chargée de communication du collectif Une pointe pour tous (2 000 adhérents), opposé au terminal

Economie

L. C. « Ce projet est nécessaire pour le Médoc et il va permettre une augmentation du trafic du port de 2,5 millions de tonnes par an. »

N. B. « On nous parle d'une cinquantaine d'emplois. Or, il s'agirait d'emplois spécialisés qui ne profiteraient

pas aux chômeurs du Nord-Médoc et menaceraient

l'activité touristique du littoral. »

Environnement

L. C. « A Bilbao, où un projet similaire à été mené, le terminal méthanier, le port de plaisance et les hôtels cohabitent remar­quablement. »

N. B. « Nous avons la chance de posséder le dernier estuaire protégé d'Europe, à l'heure où l'environnement est en tête des priorités politiques. En autorisant un projet Seveso II, on condamne le Verdon à devenir une zone industrielle. »

Tensions

L. C. « Il y a une levée de boucliers de ceux qui veulent empêcher le développement économique et tous les projets sont retardés par les tenants de l'immobilisme. »

N. B. « Certains Verdonnais croient fermement aux promesses d'emplois de la CCI. Du coup, notre collectif a reçu des menaces anonymes. »

ministre Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat du Développement et de l'Aménagement durables s'est prononcé contre ce projet, mais en faveur de La Rochelle, alors qu'aucune étude n'y a été lancée.