Bordeaux: L'ordre retire sa plainte contre un médecin qui refuse de payer ses cotisations

JUSTICE Un médecin généraliste Bordelais a arrêté de payer ses cotisations auprès de l'ordre pour protester contre l'obligation d'adhésion à cette institution. L'ordre a retiré sa demande et espère un accord...

E.P. avec AFP

— 

Pierre Hurmic est l'avocat de Bernard Coadou.
Pierre Hurmic est l'avocat de Bernard Coadou. — SEBASTIEN ORTOLA

C’est une victoire pour Bernard Coadou, médecin généraliste en guerre contre le Conseil de l’ordre des médecins de Gironde depuis plusieurs années. Ce dernier a abandonné ses poursuites à l’encontre du médecin bordelais retraité, qui refuse de payer ses cotisations obligatoires en signe de protestation contre cette institution, « une première nationale » selon le praticien.

La décision de l’ordre a été annoncée ce mercredi après-midi devant le tribunal d’instance de Bordeaux devant lequel Bernard Coadou, 64 ans, était assigné pour ne pas avoir payé ses cotisations obligatoires en 2012 et 2013.

« Nous nous désistons de notre demande aujourd’hui dans le but de parvenir à un accord » avec la partie adverse, a expliqué l’avocat du Conseil de l’ordre, Maître Frédéric Biais. « Nous prenons acte de la demande de désistement du Conseil de l’ordre », a répondu Maître Pierre Hurmic, avocat du généraliste retraité depuis 2011, prenant acte également de la fin de la procédure.

« L’ordre des médecins, arroseur arrosé, jette l’éponge ! C’est un échec cinglant pour l’ordre qui bat en retraite », a lancé, radieux, Bernard Coadou, à la sortie de l’audience devant une cinquantaine de membres de son comité de soutien qui réunit au total plus de 700 personnes parmi lesquelles des médecins, syndicalistes et associatifs.

L’ordre « ne représente pas tous les médecins »

« Cette victoire, qui constitue une première nationale, est très importante pour celles et ceux qui pensent que la liberté associative reste fondamentale », a-t-il ajouté.

Il a indiqué vouloir poursuivre son combat pour « la mise en place de la non-obligation d’adhérer à cet ordre » et un « débat public pour faire le bilan de 75 ans d’ordre des médecins », un « lobby tout-puissant » qui « ne représente pas tous les médecins, ni la médecine en France ».

Bernard Coadou, président de l’association girondine « La santé un droit pour tous », était déjà à l’origine d’une pétition nationale en 2012 contre les dépassements d’honoraires.

Il a fait de la « santé solidaire » sa bataille depuis des années, entre militantisme associatif, heures de « gynécologie sociale » dans un quartier défavorisé de Bordeaux et projets au Sénégal.