Ligue 1: Guilbert, de la droite au centre, le grand écart du jeune défenseur des Girondins

FOOTBALL A 21 ans et malgré une taille moyenne (1,78 m), le défenseur des Girondins a su s’imposer en tant que défenseur central titulaire…

Marc Nouaux

— 

Frédéric Guilbert le défenseur des Girondins de Bordeaux, tacle un attaquant de Lorient, lors d'un match de Coupe de la ligue disputé le 12 janvier 2016 à Bordeaux. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT
Frédéric Guilbert le défenseur des Girondins de Bordeaux, tacle un attaquant de Lorient, lors d'un match de Coupe de la ligue disputé le 12 janvier 2016 à Bordeaux. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT — AFP

« Entre le Guilbert sorti à la 25e minute contre Caen [le 29 novembre] et le Guilbert d’aujourd’hui, il y a un monde. » Willy Sagnol, l’entraîneur des Girondins, le reconnaît. Son jeune défenseur de 21 ans, Frédéric Guilbert, est méconnaissable. En moins de deux mois, il est passé du statut de latéral droit en souffrance à celui de défenseur central impeccable. Mais à quoi doit-il cette métamorphose ?

L’équipe ne perd pas quand il joue dans l’axe

« C’est une bonne question, sourit l’intéressé. Je ne pourrais même pas vous répondre c’est comme ça… Il y a peut-être eu un élément déclencheur dans ma tête qui a fait que mais je ne sais pas. » Toujours est-il que sa bonne période coïncide avec celle de son club. Lors de ses huit dernières titularisations, il a joué à chaque fois en défense centrale (seulement la deuxième période contre Guingamp) et son équipe n’a pas perdu (cinq victoires et trois nuls).

>> A lire aussi : Revivez l’humiliation subie par les Girondins face à Caen

Son association avec Cédric Yambéré, avec qui il a souvent évolué en CFA l’an passé, rassure même son coéquipier. « Je trouve qu’il [Yambéré] est meilleur depuis qu’il joue avec Guilbert », a d’ailleurs rendu hommage Sagnol il y a quelques semaines. Une tendance qui semble se confirmer au fur et à mesure des rencontres. « La défense centrale Guilbert-Yambéré n’était pas une paire à laquelle on pensait en début d’année mais elle a apporté satisfaction et aujourd’hui, c’est tout sauf une paire par défaut », insiste l’entraîneur girondin.

« Signer son premier contrat pro n’est pas une fin en soi »

Confronté à un déficit de taille (1, 78m) à un poste où on a l’habitude de voir des grands gabarits, Guilbert s’en sort plutôt bien pour l’instant, rappelant un certain Marc Planus (1, 83 m) qui savait jouer de son manque de physique et s’imposer en étant plus malin. « Sur les phases arrêtées c’est handicapant, concède Guilbert. Maintenant, je pense que j’ai un assez bon timing pour compenser. »

>> A lire aussi : Revivez la victoire des Girondins contre un triste LOSC

A un an et demi de la fin de son contrat, le joueur formé à Caen mais pas conservé en 2013, semble avoir saisi son opportunité pour exister dans le milieu professionnel. « Il reste un an et demi, on se cache pas que les clubs commencent à me regarder, moi je suis bien ici et on verra ce que le club décide », a simplement commenté le défenseur bordelais qui réfute l’idée selon laquelle il a changé de statut. « Je suis toujours un jeune, je n’ai que 21 ans », sourit-il avant de conclure que « même si on vient de signer son premier contrat pro ce n’est pas une fin en soi ».