Bordeaux: Le réseau de wifi gratuit s'étend dans le centre et au-delà

TECHNOLOGIE Depuis fin août, une filiale d'Afone, opérateur en télécommunications, a installé 60 bornes  de wifi gratuit qui vient compléter l'offre de la mairie...

Elsa Provenzano

— 

Le wifi public sur les quais a été mis en place fin 2011, début 2012. Photo : Sebastien Ortola
Le wifi public sur les quais a été mis en place fin 2011, début 2012. Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Du wifi gratuit et sans code d’accès pour des connexions rapides dans l’hyper centre Bordelais, c’est la promesse de la société Wifilib, filiale de l’opérateur en télécommunications Afone. Elle a installé une soixantaine de bornes depuis fin août, dans le centre-ville.

Certaines ont été mises en place gratuitement chez les commerçants sur leur réseau téléphonique et d’autres sur l’espace public, avec l’accord de la municipalité. Celle-ci développe aussi, pour un montant de 2.000 euros par mois, son propre réseau avec Orange, depuis la faillite de Gowex, un opérateur espagnol.

« Une centaine de points ont déjà été installés sur Bordeaux et dans le cadre de la mutualisation, le wifi va être développé sur toute la Métropole », annonce Michel Duchène, conseiller municipal délégué auprès du maire pour la cité digitale et l’innovation dans la ville. Aujourd'hui 25 à 30.000 connexions en moyenne par mois sont enregistrées à ce wifi public de la Ville.

Wifilib vise les endroits très fréquentés

« Pour l’implantation de nos bornes wifi, on cible le cœur de ville, là où on observe le plus d’affluence : la rue Sainte-Catherine, les allées Tourny, la place de la Comédie etc. » explique Julien Mouton, chargé de développement pour Wifilib sur Bordeaux.

« Ce qui est important pour nous, c’est de proposer une offre gratuite sur les grands espaces publics comme les jardins, les quais etc. », pointe Michel Duchène. Les services de la ville assurent une coordination pour que l’installation des réseaux de Wifilib et ceux d’Orange se complètent.

Ce sont les annonceurs qui permettent à Wifilib de s’assurer une rentabilité. Une fois l’application téléchargée, une connexion de 30 minutes est possible, au bout de laquelle on est déconnecté. Une publicité de quelques secondes apparaît alors, avant de pouvoir se reconnecter. « On peut aussi proposer de la publicité géolocalisée aux annonceurs locaux. Un bar peut, par exemple, prévenir les internautes dans un rayon de deux à cinq kilomètres qu’il organise une soirée exceptionnelle », détaille Julien Mouton.

Un déploiement rapide envisagé

Si pour l’instant seuls 5.000 téléchargements de l’application ont été enregistrés sur Bordeaux depuis fin août, la société s’attend à un essor dans les mois à venir. Elle a prévu de déployer 80 nouvelles bornes prochainement sur l’espace public (comme la faculté de Talence) mais aussi dans des lieux privés (le bowling de Mérignac par exemple). Une borne extérieure permet environ 300 connexions dans un rayon de 150 mètres et une borne intérieure 30 connexions dans un rayon de 50 mètres.

Angers, qui a été la ville pilote du groupe, compte 60 à 70.000 téléchargements deux ans après l’installation de 200 bornes environ. Wifilib veut équiper prioritairement le secteur de Bordeaux compris entre la Garonne et les boulevards mais aussi s’implanter à Pessac et Mérignac. La société a déjà développé des réseaux wifi dans une dizaine de grandes villes françaises.