Régionales 2015 en ALPC: Rousset arrive en tête, le FN triple presque son score de 2010

ELECTIONS Des discussions vont avoir lieu entre le camp socialiste d'Alain Rousset et celui de la candidate Françoise Coutant (EELV)...  

Elsa Provenzano
— 
Alain Rousset est arrivé en tête dans la grande région ALPC. / AFP / NICOLAS TUCAT
Alain Rousset est arrivé en tête dans la grande région ALPC. / AFP / NICOLAS TUCAT — AFP

L’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC), qui sera officialisée le 1er janvier 2016, fait partie des rares territoires « roses » après le premier tour dimanche soir du scrutin des régionales. Le président socialiste sortant de la région Aquitaine Alain Rousset arriverait assez nettement en tête avec plus de 30 % des voix distançant sa rivale Virginie Calmels (LR-UDI-Modem) qui récolterait environ 27 % des suffrages.

Alain Rousset prend ces résultats comme un « encouragement à poursuivre ». Dans « un bassin de population de gauche », Virginie Calmels estime qu’elle a, elle, réduit l’écart grâce à sa liste d’union de la droite et du centre, alors qu’elle n’est en politique que depuis 18 mois.

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct, dans notre live

« Un vote sanction contre le gouvernement », selon le FN

Le candidat du Front National Jacques Colombier recueillerait, lui, 23 % environ contre 8 % en 2010. Si la poussée du FN est moins marquée que dans d’autres grandes régions, le candidat souligne qu’il a « triplé son score », ajoutant qu’il s’agit « d’excellents chiffres » qui montrent un « vote sanction vis-à-vis du gouvernement ». Il compte convaincre les abstentionnistes entre les deux tours, le taux d’abstention était évalué à 48,9 % pour ce premier tour en ALPC. Françoise Coutant (EELV) recueille 6 % des voix et le Front de Gauche représenté par Olivier Dartigolles 4,87 %.

>> Lire les résultats dans la grande région Aquitaine Limousin Poitou Charentes
Alain Juppé a commenté le scrutin en renouvelant sa confiance à Virginie Calmels, sa première adjointe à la mairie de Bordeaux, « elle incarne le grand élan dont la grande région a besoin », a-t-il estimé, interpellant lui aussi les abstentionnistes dans la perspective du second tour.

Alain Rousset estime que la liste dont il est à la tête est « en bonne voie pour le second tour ». Il a parlé de « discussions et de rassemblements » à venir dans les prochains jours notamment avec Françoise Coutant (EELV). « Il doit y avoir un projet intégré si on veut fusionner », prévient la candidate, insistant sur l'opposition du parti écologiste au projet de ligne à grande vitesse (LGV). Sur le plateau de France 3 Aquitaine, le président sortant de la région Aquitaine n'a pas fermé la porte à des négociations dans ce dossier.

Le Front de Gauche ignorait encore dimanche soir s’il passait la barre des 5 % (4,87 %) qui lui permettrait de fusionner.