Charente: « La drogue touche de plus en plus les zones rurales », selon le procureur

FAITS DIVERS La gendarmerie a démantelé un réseau rural de trafic d'héroïne qui opérait depuis des petites communes de Charente et de Dordogne...

G.D.

— 

La commune rurale du Pizou, place centrale du trafic de drogue.
La commune rurale du Pizou, place centrale du trafic de drogue. — Google Maps

On en sait davantage sur le réseau de trafiquants de drogues démantelé, mardi, dans un petit village du Périgord. La commune du Pizou, à la frontière entre Gironde et Dordogne, avait été prise d’assaut par 70 gendarmes. Trois hommes et une femme, armés d’un pistolet, avaient été arrêtés, avec 9kg d’héroïne et de 27.000 euros en liquide.

Trafic de stupéfiant démantelé

Lors d’une opération similaire, six personnes dont trois femmes, ont également été interpellées et 3kg d’héroïne ont été saisis. « Il était important de remonter la filière », a expliqué, vendredi, le procureur de la République d’Angoulême, Jean-David Cavaillé, lors d’une conférence de presse, relate Sud Ouest.

L’homme suspecté d’être à la tête du réseau s’était installé en Dordogne à la fin de l’été 2015. En provenance de Mulhouse, il n’a fait que se rapprocher d’un trafic qu’il pilotait, semble-t-il, déjà depuis l’Alsace. Il opérait avec son homme de main, 21 condamnations au casier judiciaire, qui utilisait parfois la menace et la violence pour faire payer les clients.

« Un problème qui touche de plus en plus de zones rurales »

Seul le canton de Chalais semblait alimenté par ce réseau. « Contrairement à ce qu’on a pu entendre, l’héroïne ne se consomme pas que dans les grandes villes, précise Jean-David Cavaillé au quotidien régional. C’est un vrai problème qui touche de plus en plus les zones rurales. »

Mercredi, trois personnes avaient été libérées, les sept autres ont été mis en examen. Au moins cinq de ces mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt.