Bordeaux: Les idées des architectes pour la caserne sans les pompiers

URBANISME Trois projets de jeunes architectes pour la caserne des pompiers de la rive droite ont été primés ce vendredi dans le cadre du concours Europan...

Elsa Provenzano

— 

Le projet du collectif Qayin Archittetura pour la caserne fait la part belle aux artistes. Lancer le diaporama
Le projet du collectif Qayin Archittetura pour la caserne fait la part belle aux artistes. — QAYIN ARCHITETTURA

Tout était à imaginer et elles ont relevé le défi. Trois équipes d’architectes viennent d’être primées ce vendredi pour leurs projets de transformation de la caserne des pompiers de la rive droite, dans le cadre de la 13 e édition du concours à idées Europan, qui se tenait sur le thème de « la ville adaptable ». Le jury qui a récompensé leurs travaux est composé d’architectes européens et d’experts en urbanisme.

Pendant 70 ans, la caserne a eu pour seule fonction d'héberger les pompiers. Or, le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) va déménager d’ici à 5 ans ou plus afin de pouvoir héberger son centre d’appels et étayer ses effectifs.

Afin d’anticiper la transformation de ce lieu qui appartient à la Ville de Bordeaux et qui est situé sur le périmètre de Bordeaux Euratlantique, la Métropole, la municipalité, et Bordeaux Euratlantique ont souhaité participer à Europan. Le concours, qui vise à mettre en lumière de jeunes architectes de moins de 40 ans, est une aubaine économique pour les pouvoirs publics qui bénéficient de l’éclairage créatif de professionnels, sans obligation de contrats à la clé.

Un marché et un resto sur le toit

« On ne touche pas à la forme architecturale puisque le bâtiment est visible depuis le périmètre UNESCO. Il s’agit de le réhabiliter en transformant la surface disponible », rappelle Jérôme Siri, maire adjoint du quartier de la Bastide.

Les trois projets primés sont très différents. L’équipe Nantaise représentée par l’architecte François Dantart propose d’installer un marché au rez-de-chaussée du bâtiment et un restaurant sur son toit, dans son projet « Les grandes Manœuvres ».

L'équipe Nantaise représentée par François Dantart a proposé un marché au rez-de-chaussée de la caserne, dans le cadre du projet - Equipe les Grandes Manoeuvres/ Architecte François Dantart

« Le marché, c’est une bonne idée car cela correspond à un besoin. Ce serait une sorte de marché des Capus de la rive droite, en complément de celui qui existe déjà place Calixte-Camelle. Et le restaurant sur le toit aussi car il ne faut pas privatiser ce lieu mais donner à tout le monde la possibilité de profiter du point de vue qu'il offre sur la ville », s’enthousiasme Jérôme Siri, qui a suivi le dossier Europan avec attention.

Une équipe Bordelaise a été primée pour son idée d’installer de l’habitat provisoire dans la caserne. Il concernerait des personnes qui rénovent leurs logements dans le quartier et qui ont besoin de louer un bien pendant les quelques mois du chantier. « Il y a pas mal de monde à loger dans le secteur », pointe Jérôme Siri. Des projets urbains sont en cours et selon les estimations avancées par la Ville et la Métropole, le quartier va passer de 16.000 habitants aujourd'hui à 30 ou 35.000 en 2030.

La vue a aussi été exploitée dans le projet L'agora Moderne, porté par l'équipe Bordelaise représentée par l'architecte Jules Eymard. - L'équipe de l'Agora Moderne / Architecte Jules Eymard.

Enfin le collectif italien Qayin Architecttura a été distingué par le jury pour son projet « Regarde moi, je te vois », qui propose de faire de la caserne un lieu culturel destiné aux artistes, aux créateurs qui auraient le champ libre pour leurs installations dans ce bâtiment d’envergure. « C’est intéressant car aujourd’hui la caserne est un lieu fermé, interdit au public et ce projet est très ouvert », commente le maire adjoint du quartier.

Le projet du collectif Qayin Architettura fait la part belle aux artistes. - QAYIN ARCHITETTURA

Et ensuite ?

« Au-delà du concours d’idées, les villes ayant proposé un site s’engagent à donner suite à ces projets sous forme d’études urbaines et/ou de réalisations », expliquent les organisateurs d’Europan dans leur communiqué. « Les sites proposés lors d’Europan, et c’est valable pour la caserne, ne peuvent fondamentalement pas rester sans suite. Et, il y aura indubitablement quelque chose avec les lauréats », estime Jérôme Siri. Bien sûr, des ajustements pourraient être réalisés si un des projets Europan venait à se concrétiser.

Il est encore difficile de se prononcer sur le calendrier de ce chantier puisqu’il dépendra de la date de déménagement des pompiers dans leur nouveau bâtiment, qui n'est pas encore connue. Une chose est sûre, les idées sont là.