Ligue 1: L’humiliation subie par les Girondins face à Caen en cinq étapes

FOOTBALL On revit cette mauvaise fin d’après-midi de football en Gironde, de l’avant-match aux conséquences de la déroute vécue par Bordeaux…

Marc Nouaux

— 

Les Girondins de Diego Rolan humiliés dans leur stade par Caen, le 29 novembre 2015.
Les Girondins de Diego Rolan humiliés dans leur stade par Caen, le 29 novembre 2015. — N. Tucat / AFP

Les Girondins ont été en dessous de tout, ce dimanche dans leur stade, face à Caen (1-4). Retour sur cette humiliation en cinq étapes.

Triaud et Sagnol l’ont senti venir

Trois jours après leur défaite à Liverpool (1-2) synonyme d’élimination en Ligue Europa, les Girondins étaient fatigués. « On a vu que la majorité des joueurs n’avait pas de jambes, a observé Patrice Garande, l’entraîneur de Caen. On a profité de ça. » Jean-Louis Triaud, le président bordelais et son entraîneur, Willy Sagnol, ont aussi évoqué un « mauvais ressenti » avant le match. En gros, dès la sortie des vestiaires, ça partait mal pour eux et personne n’a réussi à réagir.

>> A lire aussi: Les Girondins sereins dans la tempête

But encaissé d’entrée et changements tactiques précoces

Dès la 6e minute de jeu, Bordeaux encaisse un but, sa défense coupable de ne pas être assez agressive sur coup de pied arrêté. Dans la foulée, Sagnol abandonne son 4-3-3 avec Poko en sentinelle pour passer en 4-2-3-1 et envoyer le Gabonnais à droite du milieu. Treize minutes plus tard, il sacrifie le jeune Guilbert qui sort effondré - « C’est le football professionnel », s’est contenté de réagir Sagnol –et fait glisser Poko au poste de latéral droit. Trois postes en 23 minutes pour Poko, qui se fait expulser en deuxième période.

Les Caennais s’amusent

Caen a laissé le ballon aux Girondins (35% de possession de balle) mais a fait très mal à chaque contre-attaque. Le trio Feret-Bessat-Delort a dynamité dans tous les sens cette défense bordelaise qui a surtout craqué en deuxième période. Au total, Caen a cadré dix tirs sur douze (contre trois tirs cadrés pour Bordeaux) et, même si la réussite l’a aidé en deuxième période sur certains coups, s’est procuré beaucoup d’occasions.

>> A lire aussi: Revivez l'humiliation subie par les Girondins face à Caen

Le public chambre

A 3-0, les sifflets ont remplacé les encouragements, même du virage sud, d’ordinaire soudé derrière son équipe. A 4-0, le virage des supporteurs s’est carrément vidé, les ultras étant écoeurés par la performance des joueurs. Entre-temps, les Caennais ont pu profiter de l’ambiance pour déclencher des « Olé » d’encouragement à chaque passe réalisée. Alhadur, le latéral bas-normand, s’est même fait acclamer lors de sa sortie.

Le club et les supporteurs ne réagissent pas de la même manière

Si Sagnol et Triaud ont préféré misé sur l’apaisement après la déroute vécue ce dimanche après-midi, les supporteurs, eux, ne décolèrent pas. Sur les réseaux sociaux et à travers les discussions d’après-match, ils en voulaient clairement aux joueurs, qui, à de rares exceptions (Poko et Carrasso), n’ont pas voulu répondre à la presse, et aux dirigeants, coupables selon eux, de ne pas adopter de réaction assez musclée.