Ligue 1: Les Girondins s’en sortent bien, remercient Carrasso et ramènent un point de Rennes (2-2)

FOOTBALL Le gardien des Girondins a stoppé un pénalty à la dernière minute de jeu…

Marc Nouaux

— 

Le Rennais Sylvain Armand (à g.) à la lutte avec le Girondin Clément Chantôme (à d.)lors du match Rennes-Bordeaux joué le 22 novembre 2015. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER
Le Rennais Sylvain Armand (à g.) à la lutte avec le Girondin Clément Chantôme (à d.)lors du match Rennes-Bordeaux joué le 22 novembre 2015. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER — AFP

Encore une fois, les Girondins l’ont prouvé, ils sont une équipe à réaction. Menés deux fois à Rennes (Dembélé à la 21e minute et Grosicki à la 75e), ils sont revenus au score à chaque fois (Crivelli 41e et Contento à la 78e), sauvant le point du match nul (2-2). Des réactions qui permettent d’entrevoir un petit supplément de caractère de cette équipe qui en avait cruellement manqué pendant tout le mois d’octobre.

>> Pour revivre le live du match entre les Girondins et Rennes, c'est par ici

Sauf que leurs efforts pour recoller au score auraient pu être vains si Carrasso n’avait pas stoppé le pénalty de Sio (97e). « On remercie Carrass’ d’avoir arrété le pénalty », a soufflé Jaroslav Plasil, au micro de BeIn Sports. Dans une soirée où tout s’est mal enchaîné pour Bordeaux avec les blessures de Pallois (pied), Sané et Touré (cuisse), puis l’expulsion de Pallois coupable d’avoir prononcé des mots à l’encontre des arbitres depuis le banc de touche.

Un fond de jeu inexistant

Entre temps, on s’était plutôt ennuyé pendant ce match joué sur un faux rythme, plutôt dominé en première période par Rennes avant d’être plus équilibré lors du deuxième acte.Les Girondins pourront toujours évoquer cette solidarité et cette motivation à ne rien lâcher mais en termes de contenu de jeu, c’est toujours aussi indigeste.

Le replacement de Yambéré en sentinelle depuis trois matchs sécurise la défense mais la conséquence directe, c’est le manque de mouvement offensif de la part d’une équipe sans imagination qui a encore beaucoup de travail à accomplir pour retrouver les promesses affichées au cours du mois de septembre. La crise semble évitée mais le classement ne devrait pas trop évoluer tant que le niveau de jeu ne s’améliore pas. Avec 18 points, Bordeaux n'a que quatre longueurs d'avance sur la zone rouge et déjà sept de retard sur le podium.