UBB: Pour Ibanez, après les attentats de Paris, «les joueurs avaient besoin d’échanger»

RUGBY Raphaëil Ibanez, le manageur de l’UBB, évoque l’ambiance qui règne autour du club depuis ce week-end…

Propos recueillis par Marc Nouaux

— 

Raphaël Ibanez prend la pose dans le stade Moga de Bègles, le 27 octobre 2014.
Raphaël Ibanez prend la pose dans le stade Moga de Bègles, le 27 octobre 2014. — M. Nouaux / 20 Minutes

Le match UBB-Clermont ayant été reporté dimanche, le club bordelo-béglais se prépare pour son déplacement en Angleterre, à Exeter (samedi, 20 h 45). Raphaël Ibanez, le manageur, évoque l’ambiance qui règne au sein de son groupe depuis les attentats de Paris.

Après les attentats, dans quel état d’esprit sont les joueurs?

C’est pas évident de redémarrer. Personne n’est insensible à ce qui se passe mais je crois que le message que les joueurs se sont donnés, c’est que le sport doit reprendre ses droits et c’est pour ça que très rapidement, l’équipe a envie de se tourner vers le match de ce week-end.

>> A Lire aussi: Quatre personnes assignées à résidence en Gironde

Les joueurs en parlent-ils beaucoup?

Bien sûr. Je crois que la fête qui était prévue avec la réception de Clermont, elle n’est pas gâchée, juste reportée, mais ça contribue à ce que les joueurs se retrouvent et passent un moment ensemble. Je crois qu’ils avaient besoin d’échanger sur le sujet, notamment avec les joueurs étrangers. Tout ça a été fait avec beaucoup de chaleur et de générosité. Ca ne laisse pas insensible, forcément, après je crois que les gars ont envie de vite retrouver le terrain pour pouvoir se libérer aussi.

On a vu des Toulousains marqués samedi aux Saracens? Craignez-vous que vos joueurs soient aussi trop submergés par le contexte?

Je pense que les événements qui ont été marquants pour tous, ont été très proches des premiers matchs de la Champions Cup. Le week-end est passé, on est déjà projetté vers notre première vraie confrontation européenne, donc je crois que les joueurs n’ont pas envie d’oublier mais de se retrouver sur le terrain et de se libérer.

Qu’est ce que le report du match a changé pour vous?

Déjà, ça a changé notre programmation de la semaine. On peut dire que le fait d’avoir manqué cette première journée, c’est l’avantage d’avoir pu étudier notre prochain adversaire sur la base de leur confrontation contre Ospreys. L’immense inconvénient, c’est qu’on risque de manquer de rythme car l’équipe n’a pas encore pris la mesure de l’intensité de la Champions Cup, contrairement à notre futur adversaire qui aura déjà eu un match pour entrer dans la compétition.

>> A lire aussi: L'UBB avec ses historiques pour son premier match de Champions Cup

Que pensez-vous d’Exeter?

C’est une très belle équipe, très complète, qui n’hésite pas à être ambitieuse ballon en main et qui a une défense très efficace, très forte sur les fondamentaux et qui cherche à mettre beaucoup de rythme et à multiplier les temps de jeu. Une équipe qui gravit pas à pas les marches pour se rapprocher des sommets.