Puisseguin: Une marche blanche organisée pour le conducteur du camion et son fils

HOMMAGE Le petit village Normand d'où les victimes sont originaires s'est recueilli à leur mémoire, ce samedi...

E.P. avec AFP

— 

Marche blanche à Saint-Germain-de-Clairefeuille, le 7 novembre 2015 en hommage au routier décédé avec son fils de trois ans dans la dramatique collision qui a fait 43 victimes le 23 octobre à Puisseguin (Gironde)
Marche blanche à Saint-Germain-de-Clairefeuille, le 7 novembre 2015 en hommage au routier décédé avec son fils de trois ans dans la dramatique collision qui a fait 43 victimes le 23 octobre à Puisseguin (Gironde) — CHARLY TRIBALLEAU AFP

C'est avec émotion que les habitants de Saint-Germain-de-Clairefeuille, dans l'Orne, ont rendu hommage, ce samedi, au chauffeur de camion de 31 ans et à son fils de 3 ans qui ont perdu la vie dans le dramatique accident de Puisseguin, le 23 octobre.

Environ 500 personnes réunies pour cet hommage

Plusieurs centaines de personnes, 550 selon les gendarmes, se sont rassemblées pour la marche blanche qui a débuté à proximité de l'entreprise familiale de transport où le routier travaillait avec son père. Sur les grilles de la société, de nombreux bouquets de fleurs, photos ou dessins ont été déposés ces dernières semaine, en témoignages de sympathie pour la famille des défunts. 

Les participants à la marche portaient accrochées au cou les photos des deux victimes et ont rejoint, une rose à la main, l'église du village. Après s'être recueilli dans l'église, trop petite pour contenir la foule, le cortège est retourné en silence jusqu'à l'entreprise de la famille avant de se disperser.

Le 23 octobre dernier, à Puisseguin, le poids lourd conduit par le jeune normand était entré en collision avec un bus transportant des membres de clubs girondins du 3e âge, qui se rendaient dans les Landes pour une journée d'excursion. Les véhicules se sont embrasés dans la collision provoquant la mort de 43 personnes. Il s'agit de l'accident de la route le plus meurtrier en France depuis celui de Beaune (Côte-d'Or) en 1982, qui avait coûté la vie à 53 enfants.