Affaire de pédopornographie à Cadaujac: Le directeur de l'école mis en examen et incarcéré

JUSTICE Les enquêteurs ont saisi 60.000 fichiers dans le mobil home de l'enseignant, à Montalivet...

E.P. avec AFP

— 

Le directeur d'une école élémentaire de Cadaujac (Gironde) a été suspendu après la découverte de milliers d'images pédo-pornographiques sur son ordinateur personnel
Le directeur d'une école élémentaire de Cadaujac (Gironde) a été suspendu après la découverte de milliers d'images pédo-pornographiques sur son ordinateur personnel — Fred Dufour AFP

Le directeur de l'école de Cadaujac a été mis en examen et incarcéré vendredi. Une information judiciaire venait d’être ouverte pour « diffusion et de détention d’images à caractère pédopornographique et des faits de violences avec préméditation », qui ne concernent pas des violences physiques mais la mise en scène d’enfants « dans des positions sexuelles », a précisé le procureur de la République Marie-Madeleine Alliot, vendredi.

Les enquêteurs, alerté par un proche de l'enseignant, ont saisi, le 27 octobre lors de son arrestation, plus de 60.000 fichiers informatiques contenant des images pédopornographiques.

Lors de son interpellation à Montalivet, où il possède un mobil-home, l’homme avait tenté de mettre fin à ses jours en se plantant un couteau dans le ventre. Il a été hospitalisé quelques jours puis a pu être entendu partiellement, avant d’être à nouveau hospitalisé cette fois dans l’hôpital psychiatrique Charles Perrens. « Le mandat d’amener a été exécuté », après « la mise en examen » du suspect, a indiqué le Parquet, ce samedi. 

Aucune victime identifiée à ce jour

Selon les premières informations des enquêteurs, puisque l’ensemble des fichiers n’a pas pu encore être examiné, aucune victime n’a pour l’heure été identifiée sur les images. L’enseignant, au domicile duquel la police a découvert des caméras, cachées dans sa montre, dans ses lunettes et dans sa sacoche, est soupçonné d’avoir lui-même réalisé certains films mettant en scène des enfants nus.

Célibataire, enseignant depuis 1995, le suspect est inconnu des services de police et n’avait jamais fait l’objet de plainte ou procédure administrative dans les établissements qu’il a fréquentés, ni à Cadaujac depuis 2013, ni avant. Il n’est pas établi qu’il ait commis les faits reprochés dans son cadre professionnel.

L’enseignant a été suspendu le 2 novembre par l’Education nationale.