Affaire Bettencourt: Patrice de Maistre a conclu un accord financier avec la milliardaire

JUSTICE L'ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt renonce ainsi à son appel suite à sa condamnation en première instance...

Mickaël Bosredon et Elsa Provenzano

— 

Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH
Patrice de Maistre, ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH — AFP

Patrice de Maistre a conclu « un accord financier et juridique » avec la milliardaire a annoncé ce jeudi l'AFP, qui aurait obtenu l'information via les avocats de l'ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt.

Dans un communiqué, qui ne précise pas les modalités de l'accord, les avocats indiquent qu'« à la suite de discussions initiées par Olivier Pelat, représentant Madame Liliane Bettencourt lors de l'exécution du jugement du 28 mai 2015 du tribunal correctionnel de Bordeaux et compte tenu de la volonté de Patrice de Maistre de tourner définitivement la page de l'affaire Bettencourt, une issue transactionnelle a pu être trouvé. »

Condamné à trente mois de prison dont dix avec sursis et 250.000 euros d'amende

De janvier à février dernier s’est tenu à Bordeaux le principal volet de l’affaire Bettencourt, relatif à l’abus de faiblesse. Comme les autres prévenus, le gestionnaire de la fortune a nié tout au long du procès avoir abusé de la faiblesse de la milliardaire. Il a été condamné le 28 mai à trente mois de prison dont dix avec sursis et 250.000 euros d'amende. Il avait aussi été condamné à verser plus de 12 millions d'euros de dommages et intérêts à la milliardaire..

François Marie Banier, photographe et ami intime de la milliardaire, a été condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis, et à une amende de 350.000 euros. Le tribunal a aussi estimé qu’il devait verser plus 158 millions d’euros au tuteur de Liliane Bettencourt. Lui et six autres prévenus ont fait appel et Patrice de Maistre devait être jugé de nouveau du 10 au 27 mai.

« Pour lui, l'objectif est clair: éviter des années de procédure supplémentaires, être certain de ne pas retourner en prison et trouver un accord par rapport aux plus de 12 millions d'euros de dommages et intérêts qu'il devait verser », a expliqué une source proche du dossier.

Nouvel épisode de la saga judiciaire à partir du 3 novembre

Mardi, s'ouvrira un autre volet de l'affaire Bettencourt, toujours devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, en lien direct avec le captage des conversations privées de Liliane Bettencourt et de leur diffusion. Pascal Bonnefoy comparait pour atteinte à la vie privée de l’héritière de l’Oréal, dont il était le majordome. Il a déposé un dictaphone dans le bureau de l’hôtel particulier de la milliardaire, recueillant, entre mai 2009 et mai 2010, les enregistrements clandestins à l’origine de l’affaire.

Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, journalistes à Médiapart, Henri Gattegno, du Point, et les responsables éditoriaux respectifs de ces deux médias, Edwy Plenel et Franz-Olivier Giesbert, seront jugés pour avoir fait état du contenu de ces enregistrements dans des articles, à compter du 14 juin 2010 sur le site de Mediapart et du 16 juin dans l’hebdomadaire Le Point.