Coupe du monde de rugby: Ibanez et l’UBB surveillent de près l’Australie d’Ashley-Cooper et Kepu

RUGBY Les deux Wallabies, opposés à la Nouvelle-Zelande en finale, rejoindront l’UBB le 1er décembre…

Marc Nouaux
— 
Adam Ashley-Cooper, le trois-quarts polyvalent de l'Australie, auteur de trois essais en demi-finale de la Coupe du monde face à l'Argentine, le 25 octobre 2015.
Adam Ashley-Cooper, le trois-quarts polyvalent de l'Australie, auteur de trois essais en demi-finale de la Coupe du monde face à l'Argentine, le 25 octobre 2015. — NEWSCOM/SIPA

Adam Ashley-Cooper (31 ans, 113 sélections) et Sekope Kepu (29 ans, 62 sélections) brillent pendant cette Coupe du Monde avec l’Australie. Au 1er décembre, les deux Wallabies, qui évoluaient ensemble aux Warathas, seront en Gironde pour démarrer leur nouvelle aventure avec l’UBB. Mais avant cela, dans deux jours, ils seront opposés à la Nouvelle-Zelande en finale du Mondial. Raphaël Ibanez, leur futur manageur en Gironde, donne son regard sur ces deux joueurs.

La crainte qu’ils arrivent émoussés

« J’ai un œil attentif sur les performances de nos deux futurs joueurs parce qu’ils sont bons. Ils sont décisifs, même Ashley-Cooper l’a démontré en demi, je me dis juste que s’ils sont dans un tel état de forme, ça va faire du bien à l’équipe mais j’ai peur qu’ils marquent trop d’essais avec l’équipe nationale et qu’ils n’en gardent plus pour l’UBB, s’ils pouvaient en garder un petit peu pour nous, ce serait bien [sourires]. »

Kepu, une surprise

« Pour Kepu, c’est peut-être une surprise car l’attendre à un tel niveau de performance dans le secteur de la mêlée, dans le déplacement, dans la puissance dans l’axe du terrain, son activité… C’est peut-être aussi lié à une préparation physique optimale bien calibrée et à un système de jeu dans lequel il s’inscrit parfaitement. »

Ashley-Cooper, l’homme à tout faire

« Pour Adam, Ashley-Cooper, ce n’est pas vraiment une surprise car le joueur est tellement professionnel, qu’il est capable de cibler de vrais objectifs. Le seul souhait que j’ai, c’est qu’après avoir compris qu’il a bien ciblé cet objectif Coupe du monde, c’est qu’il puisse se donner d’autres objectifs liés au club. Mais je pense que là-dessus, il est déjà prêt, il a déjà tout anticipé. On va échanger, je suis très ouvert à cet esprit de recherche et certains modes de fonctionnement et je pense qu’au niveau des entraîneurs, Milou [Emile Ntamack, l’entraîneur des arrières] est impatient de le découvrir. »

L’expérience et le professionnalisme d’Ashley-Cooper

« Il est capable d’évoluer sur plusieurs registres [finisseur comme créateur] mais ce qui est remarquable en équipe nationale, parce que l’organisation est claire et précise, il a un sens du placement remarquable. Pour moi, c’est la clé, au-delà de sa présence physique, il a un sens de l’anticipation qui est propre aux grands joueurs. Et l’expérience aussi. Je pense que c’est quelqu’un qui va apporter énormément dans l’exemplarité au niveau des autres joueurs. »