Top 14: Lonca profite des absences pour faire son trou en 10 avec l’UBB

RUGBY Souvent perçu comme trop instinctif et joueur, le demi d’ouverture de l’Union enchaîne les matchs en l’absence de Bernard et Beauxis…

Marc Nouaux
— 
Romain Lonca, le demi d'ouverture de l'UBB, lors du match entre Agen et Bordeaux-Bègles, le 16 octobre 2015. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT
Romain Lonca, le demi d'ouverture de l'UBB, lors du match entre Agen et Bordeaux-Bègles, le 16 octobre 2015. AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT — AFP

Romain Lonca (23 ans) arrive toujours de loin. En 2013, lorsqu’il a signé à l’UBB, il débarquait de fédérale 2, où, à 21 ans, il régalait avec son club basque d’Hendaye. Deux ans plus tard, c’est après de long mois d’absence à cause d’une pubalgie qu’il retrouve les terrains du Top 14. Au poste de numéro 10, où il a rarement évolué au plus haut niveau. Profitant des blessures de Bernard et Beauxis, Lonca a été titularisé lors des deux dernières semaines à l’ouverture.

« Un de ceux qui montrent le plus de générosité »

Avec un bilan très positif à Agen et un plus mitigé contre Toulouse. « Il y a eu du bon et du moins bon, forcément, analyse son manageur, Raphaël Ibanez. Il venait de vivre une période très sombre, des mois à vivre à l’extérieur du groupe. J’ai tout fait pour qu’il garde surtout confiance en lui car c’est quelqu’un qui intériorise beaucoup, qui a besoin parfois de lâcher l’émotion. Sur les retours que l’on a, au niveau physique, c’est rassurant et c’est un des joueurs qui montre le plus de générosité sur le terrain. Par rapport à nos tests d’évaluation, c’est un de ceux qui sont capables d’aller au bout de lui-même et de repousser ses limites. »

« Le staff m’a mis dans les bonnes conditions pour être régulier dans les performances », se satisfait l’intéressé qui a surtout apprécié de retrouver le cœur du jeu après avoir souvent dépanné à l’arrière voire aux ailes les saisons précédentes.

« Ça fait longtemps que je n’avais pas joué à ce poste, reconnaît-il. Ça fait plaisir d’être acteur du jeu et toucher les ballons, pour l’instant, ça ne se passe pas trop mal. Il va y avoir des joueurs qui vont revenir prochainement [Beauxis puis Bernard] donc il va falloir que l’on se tire tous vers le haut. »

« Plus d’atouts à faire valoir en 10 »

La concurrence ne l’effraie pas vraiment. Lui, c’est bien en 10 qu’il se voit un avenir. « C’est le poste qui me convient le mieux, là où je suis le plus acteur, attaquant, défenseur, joueur et qui me permet d’avoir le plus la main-mise sur le jeu. C’est le plus plaisant pour un joueur en tout cas. » Son manageur, Raphaël Ibanez, est du même avis. « Je pense qu’il a plus d’atouts à faire valoir au poste de demi d’ouverture. »

A un an et demi de la fin de son contrat, ce revenant, au caractère sûr et discret, n’a pas la pression d’un avenir incertain. Il a encore le temps de retrouver les meilleures sensations possibles pour prouver à son club qu’il a le niveau pour durer en Top 14 à l’ouverture. Et à le voir s’exprimer de plus en plus fort sur le terrain pendant les entraînements et les matchs, on se dit qu’il est sur la bonne voie.