Affaire Bettencourt: L'ex infirmier de l'héritière de l'Oréal relaxé

JUSTICE Il était poursuivi pour abus de faiblesse au préjudice de la milliardaire...

E.P. avec AFP
— 
Alain Thurin lors de l'audience des 5 et 6 octobre. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH
Alain Thurin lors de l'audience des 5 et 6 octobre. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH — AFP

Alain Thurin, l’ex-infirmier de Liliane Bettencourt vient d'être relaxé ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il a été jugé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux les 5 et 6 octobre, dans le cadre du volet abus de faiblesse de l’affaire Bettencourt, dont les 9 autres prévenus ont comparu entre fin janvier et mars à Bordeaux.

Il avait tenté de mettre fin à ses jours la veille de l’ouverture des débats en janvier et son procès avait été reporté. Agé de 65 ans, il s’était présenté très affaibli et sujet à des problèmes de mémoire, devant les juges bordelais.

Un legs de 10 millions d’euros en cause

Il lui était reproché d’avoir abusé de son employeur, Liliane Bettencourt, âgée de 92 ans aujourd’hui et placée sous tutelle. Il est notamment accusé d’avoir obtenu de la milliardaire « d’être bénéficiaire par testament d’une somme de dix millions d’euros » en août 2011. Un legs qu’il assure avoir refusé.

On le soupçonnait aussi de complicité de délits d’abus de faiblesse commis par Patrice Bonduelle, 53 ans, ancien notaire de Liliane Bettencourt, et l’avocat Pascal Wilhelm, 54 ans, ancien mandataire de la milliardaire. Présent au premier procès l’avocat de la milliardaire avait écopé de 30 mois de prison dont un an avec sursis, et d’une amende de 250.000 euros. Il devra également verser à Liliane Bettencourt 2,9 millions d’euros. le notaire avait, lui, été condamné pour « complicité d’abus de faiblesse » à six mois de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende.

« La relaxe pure et simple » a été requise, le 6 octobre, par le procureur adjoint Gérard Aldigé pour l’ex-infirmier de Liliane Bettencourt, ainsi que Pascal Wilhelm et Patrice Bonduelle, expliquant que les preuves dans ce dossier étaient insuffisantes. « Alain Thurin est-il coupable d’abus de faiblesse ? Si vous répondez 'non', vous ne pouvez pas condamner les complices », a ajouté le procureur adjoint.

Un procès en appel en mai

François Marie Banier, le photographe qui est le principal prévenu dans ce volet abus de faiblesse, a été condamné à trois ans de prison, dont 6 mois avec sursis, et à une amende de 350.000 euros, le 28 mai 2015. Le tribunal a aussi estimé qu’il devait verser plus 158 millions d’euros au tuteur de Liliane Bettencourt. Il a fait appel de ce jugement et comparaîtra de nouveau devant le tribunal avec six autres prévenus, dont Pascal Wilhelm et Patrice Bonduelle, du 10 au 27 mai.