VIDEO. Accident en Gironde: La commune de Petit Palais endeuillée après le drame

FAITS DIVERS La majorité des victimes de l'accident de la route qui a coûté la vie à 43 personnes était originaire de Petit Palais, à quelques kilomètres de Puisseguin, le lieu du drame...

Elsa Provenzano

— 

L'entrée de la commune de Petit Palais qui compte 730 habitants.
L'entrée de la commune de Petit Palais qui compte 730 habitants. — E.Provenzano / 20 Minutes

Le bus qui est rentré en collision ce vendredi matin vers 7 h 30 avec un camion sur la D17 à Puisseguin est parti de la commune de Petit Palais. Le choc a embrasé les deux véhicules, provoquant le décès de 43 personnes dont le chauffeur du camion et son jeune fils. Il y aurait 8 rescapés dont quatre dans un état grave.

>> Suivez les événements en direct

A bord du bus, des membres du club du 3e âge de Petit Palais et des villages alentour, qui partaient en excursion pour la journée dans le Béarn. Gilles Clion, 56 ans, tient un café-restaurant près de la place principale de cette commune de 730 habitants. Dès qu’il a appris le drame, il a voulu apporter son aide, offrant du café et des gâteaux à la salle des fêtes, lieu improvisé d’accueil pour les familles des victimes.

« La route, elle n’est pas si dangereuse que ça »

Il connaît au moins une quinzaine de personnes montée à bord du car et attend fébrilement l’identification des victimes, qui est en cours. « Déjà quand un drame pareil se déroule dans un autre pays, ça fait quelque chose. Mais là quand on connaît les gens, qu’on voit les familles… », murmure-t-il.

Sa mère, âgée de 82 ans, a failli faire partie du voyage : « finalement elle a changé d’avis au dernier moment », pour des raisons de santé, raconte cet habitant qui est né sur cette commune. « La route, elle n’est pas si dangereuse que ça. C’est vrai que ça descend et que le premier virage est un peu important mais quand on connaît le coin ça va », estime-t-il.

>> A lire aussi: «Nous devons comprendre pourquoi le car s'est embrasé comme cela»

Devant la salle des fêtes où se réunissent les familles des victimes, Jean Solans, 70 ans, respire un peu mieux. Il vient d’apprendre que son frère, qu’il pensait à bord du bus, n’a finalement pas participé à la sortie. « Je ne connais pas encore les noms des victimes, mais c’est sûr que parmi eux, il y aura des voisins, des voisines… » lance-t-il avec émotion. Pour lui, la portion de route où s’est produit l’accident n’est pas dangereuse en elle-même. « Il y a bien des virages mais il faut ralentir ! » estime-t-il.

« On est dans la peine »

« On essaye de faire de notre mieux pour réconforter les gens. Mais nous sommes des bénévoles. Dommage que notre petite commune n’intéresse pas les autorités », déplore Alain Coutant, conseiller municipal et membre du club du 3e âge, qui aurait aimé que Manuel Valls, en visite ce vendredi matin à Puisseguin, se rende à Petit Palais, située à quelques kilomètres seulement de là.

« On est dans la peine, une bonne partie de nos anciens est partie aujourd’hui », souligne Annie Pudret, elle aussi conseillère municipale. L’identification des victimes se poursuit mais c’est très probablement Petit Palais qui va payer le plus lourd tribut de ce drame.