Mérignac: Le PDG de Dassault confirme du retard pour la livraison du Falcon 5X

AERONAUTIQUE Eric Trappier a également indiqué que le premier acompte suite à la vente de 24 Rafale au Qatar n'était pas encore versé, mais qu'il n'a pas d'inquiétude...

M.B. avec AFP

— 

Eric Trappier, PDG de Dassault, le 16 octobre 2015 à Mérignac
Eric Trappier, PDG de Dassault, le 16 octobre 2015 à Mérignac — MEHDI FEDOUACH / AFP

Il est venu à Mérignac ce vendredi pour la pose de la première pierre d'un nouveau bâtiment de maintenance pour la flotte des Falcon. Le PDG de Dassault Aviations, Eric Trappier, a confirmé à cette occasion qu'il y aurait un « décalage » dans le développement et l'entrée en service du Falcon 5X, un programme qui se poursuit par ailleurs « normalement. » Le 5X devait sortir des ateliers en juin.

Eric Trappier a rappelé avoir annoncé en mai, lors du salon Ebace (European Business Aviation Convention and Exhbition) à Genève, des retards dans la certification du moteur construit par Snecma. Le groupe Dassault Aviation devait donc étudier avec Snecma « une adaptation de planning et regarder les impacts » sur le 5X, qui sera équipé de ces moteurs.

Le Falcon 8X entrera en service au deuxième semestre 2016

« En fin d'été, les motoristes ont découvert quelques nouveaux sujets dont ils nous ont fait part (...) Ils nous donneront d'ici à la fin de cette année ou au tout début de l'année prochaine les impacts sur le calendrier du moteur », a précisé le PDG.

En revanche, du côté du Falcon 8X, Eric Trappier a souligné que « tout se passe normalement » et que les délais sont tenus. « Il va entrer en service comme prévu au 2ème semestre 2016. »

Il parlera du contrat des Rafale quand « le chèque sera arrivé sur notre compte »

Concernant l'activité militaire du groupe, et plus particulièrement du contrat signé en mai dernier avec le Qatar pour 24 avions Rafale qui porterait sur 6,3 milliards d'euros, il n'a pas confirmé une information de La Tribune faisant état du versement imminent du premier acompte. Ce versement ferait, de facto, entrer en vigueur le contrat avec l'émirat. « Je vous en parlerai quand le chèque sera arrivé sur notre compte en banque », a déclaré le PDG de Dassault, qui n'a « pas d'inquiétude sur ce contrat. »

Le nouveau bâtiment de maintenance pour la flotte Falcon sur le site girondin du groupe, devrait employer 70 personnes à l'horizon 2018.