Bordeaux: «Une marque capable de tirer le tourisme national vers le haut»

ECONOMIE L'office de tourisme a présenté ce vendredi une étude qui montre la progression du tourisme à Bordeaux, et ses perspectives de développement...

Mickaël Bosredon

— 

Bordeaux, 19 juin 2011. - Fete du Fleuve a Bordeaux. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 19 juin 2011. - Fete du Fleuve a Bordeaux. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Une étude touristique sans précédent vient d’être menée sur Bordeaux et la métropole. A la demande de l’office de tourisme, de la CCI, de la future Cité des civilisations du vin… 1.320 touristes ont été sondés par le cabinet Protourisme sur une période allant de mai 2014 à avril 2015, sur les vingt-huit communes de l’agglomération. « Bordeaux fait l’objet de vibrations positives depuis quelque temps déjà, via l’attribution de plusieurs labels, explique Stephan Delaux, adjoint au maire en charge du tourisme. Mais les chiffres, c’est mieux que les labels. » Ce qu’il faut retenir de cette étude :

5,4 millions de nuitées marchandes en 2014. L’étude a présenté le bilan touristique de l’année 2014: Bordeaux et sa métropole ont accueilli quelque 5,8 millions de visiteurs, un record, (4,1 millions de touristes loisirs et 1,7 millions de touristes d’affaires) dont environ 30 % de « primo-visiteurs. » Parmi eux, 3,3 millions ont été hébergés sur le territoire, ce qui a généré 8,7 millions de nuitées, dont 5,4 millions de nuitées marchandes (hôtels, chambres d’hôtes…) et 3,3 millions de « non-marchandes » (hébergement chez des amis ou de la famille.) La durée moyenne d’un séjour est de 2,6 nuits. On compte également 1,8 million « d’excursionnistes » (qui ne passent qu’une journée sur le territoire.)

Le profil des visiteurs. Le touriste de loisirs est un urbain, âgé de 50 à 65 ans, en couple avec des revenus importants. 77 % de ces touristes sont Français, 23 % étrangers. Parmi ces derniers, 22 % sont Britanniques, et 18 % nord-américains.

Que viennent-ils voir ? « Bordeaux est en elle-même un élément d’attractivité » explique Protourisme, puisque 48 % des touristes viennent pour « découvrir la ville. » 20 % se déplacent pour voir de la famille et des amis, et 10 % pour assister à un événement particulier. 45 % ont effectué des visites en dehors de la Métropole durant leur séjour (Bassin d’Arcachon, Saint-Emilion et visite des châteaux du Médoc essentiellement.)

Dépensent-ils ? Tout confondu, un visiteur d’agrément dépense en moyenne 62 euros par jour dans l’agglomération (74 euros pour les touristes ; 36 euros pour les excursionnistes.) C’est moins que le touriste d’affaire qui dépense en moyenne 124 euros. Au total cela génère 938 millions d’euros pour la Métropole, soit près de 15 % de la dépense touristique régionale.

Ce qu’il reste à améliorer. « Les visiteurs ont du mal à citer un site emblématique, ce qui sera le cas dès 2016 avec la livraison de la Cité des civilisations du vin, explique Protourisme. Mais cela montre le chemin qu’il reste à parcourir : la diversité des sites sur la métropole, les événements, inciteront le visiteur à revenir. »

La tendance pour 2015. L’office de tourisme ne dispose pour l’instant que des chiffres de fréquentation dans ses points d’accueil. Mais ceux-ci sont bons. Ils ont enregistré une hausse de 26,5 % des visiteurs, dont 3 % de Chinois, qui entrent pour la première fois dans le Top 10. « Bordeaux fait partie des marques capables de tirer le tourisme national vers le haut, assure Stephan Delaux, et les perspectives de développement sont nombreuses, avec l’arrivée de la LGV, de la Cité du vin, la montée en puissance des croisières et de l’oenotourisme. »