Bordeaux: Le Pic compare la campagne de la TBC à la propagande de la Gestapo

POLEMIQUE Le Parti indépendant pour la culture vise un slogan en particulier…

Mikael Libert

— 

Une des affiches de la campagne de TBC.
Une des affiches de la campagne de TBC. — DR

Il y va fort. Le Parti indépendant pour la culture (PIC) fustige la nouvelle campagne de communication anti fraude de Tram et Bus de la Communauté urbaine de Bordeaux (TBC).

« Maladroite et agressive » sont les premiers adjectifs utilisés par le PIC pour qualifier la campagne en question. Un billet publié sur le site internet du parti, sous forme de lettre adressée au maire, Alain Juppé (LR), demande que les affiches soient retirées.

Les «grandes heures de la Gestapo»

Selon le PIC, le slogan « Si vous pensez avoir le droit de frauder, ne pensez pas c’est mieux », « peut faire penser aux grandes heures de la Gestapo à Bordeaux ». Une comparaison lourde de sens qui ne devrait pas laisser sans réaction les commanditaires de la campagne.

Par ailleurs, les photos utilisées pour illustrer deux des cinq affiches que compte la campagne, irritent les membres du parti de Stéphane Boudy, professeur de philosophie de 43 ans. « On y voit comme fraudeur potentiel un intellectuel qui lit ou encore un jeune maghrébin », peut-on lire sur le site.

Pour le moment, sur les réseaux sociaux, personne ne s’est indigné. Les seuls commentaires trouvés sont d’ailleurs plutôt positifs à l’image de celui-ci, sur Twitter.