Bordeaux: Nouveau quartier Sainte-Catherine, «un morceau de ville» recréé

URBANISME Lancé en 2008, le projet de quartier de la Promenade Sainte-Catherine a été inauguré ce jeudi soir, et ouvrira au public vendredi à 10h...

Mickaël Bosredon

— 

Inauguration du quartier de la Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux, le 8 octobre 2015 Lancer le diaporama
Inauguration du quartier de la Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux, le 8 octobre 2015 — M.Bosredon

Un projet « parfaitement intégré » dans le centre-ville. Denis Valode, architecte du cabinet Valode et Pistre, qui avait remporté le concours d'architecture en 2008, a inauguré ce jeudi soir le nouveau quartier de la Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux.

Denis Valode, du cabinet d'architectes Valode et Pistre - M.Bosredon

Situé en plein coeur de ville, entre la rue Sainte-Catherine et la rue Porte-Dijeaux, il est composé de 32 commerces répartis sur 19.000 mètres carrés et d'une centaine de logements.

Si le quartier a été commercialisé à 100 %, cinq commerces n'ont pas encore ouvert leurs portes, New Look, Blue Box, Citadium, Bershka et Stradivarius. Ils se lanceront pour la plupart d'ici à la fin de l'année, et « tout sera ouvert d'ici à mars 2016 » assure Thierry Cahierre, directeur de Redevco, le promoteur du projet (foncière filiale du groupe C&A spécialiste dans l'aménagement commercial de centre-ville.)

Enseignes de restauration et de mode

Lego, magasin phare de cet ilôt, s'étale sur deux étages pour une surface de 400 m2. Composé de deux niveaux, le quartier accueille les enseignes de restauration au rez-de-chaussée (Starbucks, Mc Donald's, Buffalo Burger...) et les enseignes de mode à l'étage (El Ganso, JD Sport, Superdry...) Il sera ouvert sept jours sur sept, dès 8h, mais fermé le soir à partir de 22h45 (il sera néanmoins possible d'accèder aux enseignes de restauration par l'extérieur.)

Inauguration du quartier de la Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux, le 8 octobre 2015 - M.Bosredon

« Le concept est resté le même depuis le début, à savoir une brèche urbaine dans le quartier ; c'est l'inverse d'un centre commercial » explique Denis Valode. La difficulté principale pour les architectes a été d'opérer au beau milieu « du secteur sauvegardé » avec des « bâtiments complexes composés de fonds de cour. » Le site abritait auparavant le siège et les imprimeries du quotidien Sud Ouest.

« Une continuité avec le quartier »

« La première chose que nous avons faite, c'est imaginer un lieu ouvert, poursuit l'architecte: il y a une continuité avec le quartier autour. Mais il fallait que cela devienne également un lieu de destination. C'est pourquoi nous l'avons organisé autour d'une place centrale où trône une fontaine. C'est un morceau de ville. »

Les architectes ont également « joué avec les différences de niveaux: la rue Sainte-Catherine est en pente puisqu'elle suit la Garonne, la place a donc deux niveaux ce qui est une vraie richesse volumétrique. »

Chaque strate renvoie à une époque de la ville

Chaque strate renvoie à une époque de Bordeaux: « la première c'est le sol et son bassin qui renvoie à la Devèze, rivière historique qui coulait ici-même ; la deuxième c'est la construction en moellons qui exprime le développement de Bordeaux lorsque les premiers artisans sont venus s'installer ici. La troisième c'est le corps principal des bâtiments, en pierres de taille et pas en plaquage, qui fait référence au Bordeaux des XVIIè et XVIIIè siècles, le siècle d'or de la ville. Et le haut des habitations est en bois, pour évoquer la modernité et l'environnement. »

L'investissement a été de 120 millions d'euros, et quelque dix millions de visiteurs sont attendus par an.