Bordeaux: Les futurs quartiers d'Euratlantique s'affichent sur les vitres du tram

INNOVATION La technologie 3D sera visible dans deux rames de tram à partir de novembre...

Elsa Provenzano

— 

De la réalité augmentée dans le tram Bordelais. Lancer le diaporama
De la réalité augmentée dans le tram Bordelais. — E.Provenzano / 20 Minutes

A l’extérieur, une friche urbaine et sur les vitres du tram, un visuel du bâtiment tel qu’il sera livré. La rame connectée ou Connectram, inaugurée officiellement ce lundi, propose une visite anticipée au cœur de l’opération d’intérêt national Euratlantique, qui prévoit une réhabilitation urbaine d’envergure, en vue de l’arrivée de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Paris, en 2017. Le dispositif consiste en la projection de flux vidéos enrichis de réalité augmentée.

5,6 hectares d’espace public modélisés

Entre les stations La Belle Rose et Tauzia de la ligne C du tramway, les voyageurs auront l’occasion de découvrir 14 bâtiments, soit au total 5,6 hectares d’espace public qui ont été modélisés. Les voyageurs seront des « spectateurs du futur de la ville », commente Jean-Luc Rumeau directeur d’Axys, le studio bordelais qui a participé à développer cette technologie.

Pour l’instant, les bâtiments sont proposés en 2D avec une fiche explicative au moment où le tram traverse les sites correspondants mais dès novembre, l’expérience sera plus immersive avec des images en 3D dans deux rames connectées. « Aujourd’hui on a les perspectives et demain on aura les vrais volumes », souligne Stéphan de Fäy, directeur de l’établissement public d’aménagement Bordeaux Euratlantique.

Des informations pratiques en temps réel

En plus de ce voyage dans le futur de la ville, des informations pratiques sont délivrées aux voyageurs en temps réel : le nombre de Vcub à disposition à la prochaine station, le prochain tram ou bus en correspondance, les horaires des trains juste avant l’arrivée de la rame à la gare etc.

La réalité augmentée consiste à insérer des éléments virtuels dans un paysage réel afin de proposer une perception crédible aux voyageurs. C’est une branche civile du commissariat à l’énergie atomique (CEA tech) qui a été chargé de ce volet en lien avec Axys. « On a un savoir-faire en matière de réalité augmentée dans l’aéronautique et l’automobile et on l’a transposé pour mettre au point ce dispositif. On y travaille depuis février. On espère qu’il y aura une exploitation dans les prochains mois », explique Patrick Sayd, chef du laboratoire Vision et ingénierie des contenus au CEA tech.

La rame a été inaugurée à l’occasion du congrès sur les transports intelligents qui s’ouvrait ce lundi à Bordeaux. Des enquêtes vont être menées pour connaître l’avis des voyageurs sur la mise à disposition de ces données et la manière dont ils en font usage. On saura par la suite si l’expérimentation est étendue sur le réseau Bordelais et pourquoi pas au-delà…