Bordeaux: La plainte pour «harcèlement» visant le bras droit du chef Robuchon classée sans suite

JUSTICE Un commis de cuisine s'était plaint de son traitement au sein de l'établissement bordelais La Grande Maison...

M.G. avec AFP
— 
Joël Robuchon dans son restaurant "La Grande maison" le 6 décembre 2014 in Bordeaux
Joël Robuchon dans son restaurant "La Grande maison" le 6 décembre 2014 in Bordeaux — Nicolas Tucat AFP

La plainte déposée pour harcèlement par un salarié du restaurant bordelais du chef étoilé Joël Robuchon a été classée sans suite par le parquet de Bordeaux, selon une décision dont l’AFP a eu copie ce samedi.

Le commis, qui avait déposé plainte à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), avait mis en cause Joël Robuchon et le chef japonais Tomonori Danzaki, qui dirige la brigade de La Grande Maison, ouvert par le chef multi-étoilé en décembre 2014 avec le magnat bordelais du vin Bernard MagreLa façade de La grande maison, restaurant gastronomique de Bernard Magrez et Joël Robuchon à Bordeaux.

Le commis affirmait avoir été victime de « harcèlement », « brimades », « insultes » et avoir été « obligé d’avaler de l’eau salée » alors qu’il officiait au sein du restaurant. « L’infraction ne paraît pas suffisamment constituée ou caractérisée, l’enquête n’ayant pas permis de rassembler les preuves suffisantes », indique le parquet de Bordeaux dans sa décision datée du 11 septembre.

Joël Robuchon, chef le plus étoilé au monde (28 étoiles), avait saisi la justice pour « allégations diffamatoires ». Il avait précisé que le commis de cuisine n’avait été présent dans son établissement que deux jours, les 1er et 2 janvier 2015 pour remplacer un autre commis tombé malade, et que lui-même ne l’avait jamais rencontré.

Tomonori Danzaki est un fidèle collaborateur de Joël Robuchon avec lequel il a obtenu trois étoiles à Las Vegas et Tokyo.