Gordon Ramsay a choisi Bordeaux car c'est «un petit Paris sans arrogance»

Elsa Provenzano

— 

Le Chef Gordon Ramsay devant le Grand Hôtel de Bordeaux qui abrite le Pressoir d'Argent.
Le Chef Gordon Ramsay devant le Grand Hôtel de Bordeaux qui abrite le Pressoir d'Argent. — Grand Hôtel de Bordeaux / Frédéric Guy

Le chef écossais de 48 ans, vedette de Cauchemar en Cuisine, a repris les rênes du Pressoir d’Argent, le restaurant gastronomique installé dans le luxueux Grand Hôtel de Bordeaux, qui ouvre au public ce vendredi.

Son 31ème restaurant dans le monde

Le chef explique qu’il a choisi d’ouvrir un restaurant dans la capitale girondine, son 31eme dans le monde et son second en France, pour « l’histoire de ses vins » et tous les produits de son terroir citant par exemple le foie gras et les huîtres.

Au total, son groupe totalise sept étoiles au compteur. Il apprécie la région dans son ensemble et plus particulièrement le Pays Basque. Il trouve les Bordelais « gentils », qualifiant même la ville de « petit Paris sans arrogance ».

La présence épisodique du chef

En visitant les lieux, Ramsay assure avoir eu un vrai coup de cœur pour le salon Margaux, une pièce dans les tons or et rouge qui est classée et qui peut accueillir jusqu’à 250 personnes pour des réceptions.

Il veut faire du Pressoir d’Argent « un lieu unique » et s’il reconnaît qu’il ne sera pas tous les jours à Bordeaux, il souligne aussi que son équipe, 20 personnes en cuisine et 23 au service pour 45 couverts, est très expérimentée et que « Londres, ce n’est pas loin ».

La compétition avec Etchebest

Le Quatrième mur, le restaurant qu’Etchebest, lui aussi célèbre pour sa participation à l’émission Cauchemar en Cuisine, est situé à quelques pas seulement. Les deux célébrités se sont déjà rencontrées à Bordeaux jeudi soir lors d’une soirée organisée au Pressoir d’Argent. Gordon Ramsay le trouve « vraiment gentil » et « très direct ». « J’adore la compétition, c’est quelque chose de positif », assure-t-il. Pour la course aux étoiles, il explique prudemment que ce sera un objectif « dans quelques années ».

Ouvert tous les soirs, excepté le dimanche et le lundi, le restaurant gastronomique propose en plus de sa carte, un menu dégustation de 5 plats à 145 euros et de 6 plats à 165 euros. Un petit avant-goût avec un des plats proposés en entrée : « Le bœuf de Bazas en fin tartare et crème d’huître caviar d’Aquitaine et pousses d’oxalis ».

Un des plats du menu dégustation du Pressoir d’Argent. - E.Provenzano/20 Minutes

Si le chef est rompu à l’exercice, le stress monte néanmoins à l’approche de l’ouverture. Mais cette adrénaline, « c’est ce qui me fait me lever le matin », lance-t-il. Le restaurant, qui fonctionne sur réservations, affiche déjà complet pour les prochains jours.