Landes: Un forcené abattu par les gendarmes

FAIT DIVERS L'homme de 35 ans a menacé les gendarmes à l'arme blanche et blessé l'un d'entre eux...

MPV avec AFP
— 
Illustration de véhicule de gendarmerie.
Illustration de véhicule de gendarmerie. — Gilles Varela

Un Landais de 35 ans a été abattu par les gendarmes, vendredi soir, à Saint-Gein près de Mont-de-Marsan, après avoir blessé l'un d'entre eux avec une machette et menacé un autre avec un couteau, a-t-on appris samedi soir auprès du Parquet de Mont-de-Marsan.

 

La victime, « sans travail » et souffrant de « problèmes psychiatriques » s'était retranchée dans l'après-midi dans la maison familiale dans cette petite localité landaise, « après avoir menacé d'égorger à plusieurs reprises sa mère » chez qui il avait déjeuné le jour même à Villeneuve-de-Marsan, une bourgade voisine, a raconté à l'AFP le procureur Jean-Philippe Récappé.

La gendramerie intervient rapidement

Les PSIG (Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) de Mont-de-Marsan et de Dax sont alors intervenus à la demande de la famille du forcené, a encore précisé le procureur.

 

« Vers 20 heures, l'homme est sorti, avec des armes blanches dans les deux mains, à la rencontre des gendarmes qui se trouvaient à environ 80 mètres autour de la maison », a-t-il ajouté. Malgré les sommations, le forcené « s'est approché », et a « très sérieusement blessé un adjudant du PSIG de Dax d'un coup de machette » et « menacé un autre d'un grand couteau qu'il tenait dans l'autre main ». « Deux gendarmes ont tiré sur lui, l'homme est tombé, tué sur le coup », selon le procureur.

 

Le gendarme, opéré dans la nuit de vendredi à samedi au bras droit, est hors de danger. Le Parquet a ouvert une enquête pour éclaircir les circonstances de la mort du forcené, la légitime défense ne faisant toutefois guère de doute selon le procureur de la République.