Bordeaux: Les supporteurs inquiets pour leur sécurité avant le match contre Liverpool

FOOTBALL Les Girondins n’ont pas rejoué dans leur stade depuis les incidents qui ont eu lieu contre Nantes, le 30 août…

Marc Nouaux

— 

Le 23 mai 2015 match d'inauguration au Nouveau stade de Bordeaux
Le 23 mai 2015 match d'inauguration au Nouveau stade de Bordeaux —

« On a eu écho de ce qu’il s’est dit en préfecture et on est satisfait. Mais on ne se sent pas rassuré non plus. » Florian Brunet, un des porte-paroles des Ultramarines, principal groupe de supporteur des Girondins, est un peu mitigé avant le match Bordeaux-Liverpool qui aura lieu jeudi à 19h au Nouveau stade de Bordeaux.

Depuis les incidents de Nantes, le 30 août, jour où cinq personnes ont été blessées, aucun match des Girondins n’a encore été organisé. Mais la réunion en préfecture entre la mairie, le club et SBA, qui a duré plus de quatre heures, a semble-t-il débouché sur des options de sécurité plus en rapport avec une tribune de supporteurs fêtant les buts de leur équipe.

« Plus une salle de cinéma qu’un stade de foot »

« Les barrières, on ne sait plus quoi en dire, regrette Florian Brunet. Dès le départ on l’a dit à SBA mais finalement, on a plus une salle de cinéma qu’un stade de foot. Tout repose sur les épaules de SBA, maintenant. Nous, on a notre conscience, on a alerté dès le début. Evidemment que l’on s’inquiète pour les gens. »

« Personnellement, je n’y ai pas pensé au moment de prendre ma place dans le kop, explique Damien, qui sera dans le virage sud jeudi soir. Mais je sais que le réflexe d’un de mes potes a été de dire : "Oh, mais c’est dangereux avec les barrières, vous êtes sûrs de vouloir aller là-bas ?" Moi, je me dis que le problème est rectifié et j’y vais sans appréhension. Et de toute façon, je pense qu’on n’ira pas tout en bas pour éviter tout problème. »

« Qu’est ce que ça va être à l’Euro avec des Polonais ou des Moscovites ? »

S’il ne ressent pas une psychose particulière au sein du virage sud, Florian Brunet espère qu’il n’y aura pas d’autres dégâts, surtout pour une rencontre à forte affluence.

« Naturellement, il y a quand même une organisation qui se met en place et les gens ont compris et font plus attention, mais c’est au-delà de ça. Mais je me fais surtout beaucoup de souci en vue de l’Euro, avec des supporteurs polonais, serbes ou moscovites. Après, ce ne sera plus notre problème, mais si on a déjà peur d’accueillir 1.500 supporteurs nantais, si une barrière s’ouvre au moindre mouvement en tribune, qu’est ce que ça va être en juin ? »

Espérons qu’aucun nouvel incident ne soit à déplorer d’ici-là. Ce sera déjà une belle avancée en termes de sécurité dans ce stade.