Ligue 1: Une semaine d'intégration éclair avec les Girondins pour Pablo avant de défier le PSG

FOOTBALL Le nouveau défenseur brésilien des Girondins affrontera le PSG pour son premier match vendredi…

Marc Nouaux

— 

Pablo, le jour de sa présentation officielle au Haillan, le 2 septembre 2015.
Pablo, le jour de sa présentation officielle au Haillan, le 2 septembre 2015. — Marc Nouaux / 20 Minutes

« Il est costaud, puissant, rapide, pas maladroit à la relance et je crois qu’il a les deux pieds. » Jean-Louis Triaud avait adopté le traditionnel discours la semaine dernière lorsqu’il a présenté Pablo (24 ans), son nouveau défenseur central brésilien. Libre à chacun de croire ou pas le président bordelais, qui, de toute façon avait sensiblement dit la même chose au moment de présenter le Portugais Tiago Ilori la saison passée… On a vu le résultat.

Mais à la différence du Portugais, qui n'a joué qu'épisodiquement l’an dernier, le Brésilien acheté à Ponte Preta doit être opérationnel tout de suite. Il sera aligné d’entrée vendredi à 20h30 au Parc des Princes, Yambéré étant suspendu et Sertic et Sané blessés. « Il est arrivé alors qu’il était à mi-championnat avec son équipe au Brésil, donc physiquement il est prêt, assure son entraîneur Willy Sagnol. Après il y a toujours un temps d’adaptation par rapport au rythme des matchs de championnat brésilien qui est beaucoup plus faible que ce qu’il se passe en Europe. »

Déjà comparé à Henrique

Depuis une semaine, il enchaîne les séances d’entraînement et apprend à connaître ses coéquipiers. « C’est quelqu’un d’agréable et de souriant, on sent qu’il a la joie de vivre, apprécie son gardien de but, Cédric Carrasso. C’est un défenseur rugueux un peu du type de ce que l’on avait avec Henrique mais il faut vraiment le voir en match à l’entraînement on n’a que des aperçus. »

Justement, ce mercredi, deux jours avant d’aller à Paris, Carrasso a tenu à parler davantage à son nouveau défenseur. « Un peu plus, reconnaît-il. C’est important pour l’intégration de connaître les bases de français, les mots-clés, on arrive à 48 heures d’un match, c’est important pour lui de commencer à assimiler. »

« Il est difficile à passer »

La priorité pour Pablo sera de réussir à communiquer avec Nicolas Pallois, son partenaire de défense centrale. « Difficile car Pallois parle ne pas le Portugais et Pablo pas le Français », admet Sagnol avant qu’un journaliste ne lui rappelle que Pallois ne parle pas non plus le serbe ni l’italien ou l’allemand (pour Gajic ou Contento). « On va essayer de créer un langage commun, sourit l’entraîneur bordelais. C’est avec le temps, la répétition des matchs qu’ils vont se créer une relation. On sait l’importance d’une relation entre deux défenseurs centraux dans la réussite d’une équipe. »

Sagnol semble en tout cas faire confiance à son renfort défensif, dont le profil de combattant lui plaît beaucoup. « C’est un très bon joueur de duel, défensivement, il est difficile à passer. C’est le profil type que l’on avait défini il y a quelques semaines avec les dirigeants. » Reste à savoir s’il tiendra le choc pour une première face à Cavani, Di Maria ou Ibra.