Bordeaux: De nouvelles lignes d'autocars ouvrent vers la Bretagne et le Pays Basque

MOBILITE Starshipper est l'une des compagnies à se lancer sur la capitale Girondine...

Elsa Provenzano

— 

Un des bus de la flotte Starshipper à Bordeaux.
Un des bus de la flotte Starshipper à Bordeaux. — Starshipper

La loi dite « Macron » qui a libéralisé les liaisons longue distance en autocars a incité les sociétés de transports à développer des lignes entre les grandes villes françaises un peu partout. Isilines, filiale de Transdev, dessert déjà 32 destinations au départ de Bordeaux. Starshipper, créée à l’échelle nationale, a été aussi une des premières à s’installer dans le sud-ouest et cherche à se développer.

Une douzaine de PME locales de transport se sont regroupées pour gérer Starshipper dans la région. Elles organisent des liaisons vers Lyon depuis le 30 avril, et  le Pays-Basque (Dax, Hendaye, Saint-Jean de Luz, Bayonne, Biarritz) depuis le 24 août à raison de quatre allers-retours par jour. Elles vont lancer une ligne vers la Bretagne (Nantes et Rennes) à partir de ce vendredi et renforcer les liaisons avec le Pays Basque en ralliant Mont-de-Marsan, Pau et Tarbes dès le 28 septembre.

Un gros potentiel au Pays-Basque

La capitale Lyonnaise a été choisie pour démarrer ce service, car Starshipper a estimé qu’elle était mal desservie en train. Des étapes sont prévues sur ce long trajet (Brive, Périgueux, Clermont). « Il y a un gros potentiel sur le Pays Basque où de nombreux Bordelais ont des résidences secondaires ou veulent aller passer le week-end. Les premiers résultats sur la ligne lancée le 24 août sont encourageants », commente Joël Arcondegux, gérant de la société le Basque Bondissant et en charge du développement de Starshipper au niveau national. L’idée est de proposer une palette de destinations de plus en plus importante dans les mois qui viennent.

Des prix attractifs

Jusqu’au 15 septembre, Starshipper propose un tarif réduit de 10 euros pour un trajet entre Bordeaux et le Pays Basque. Les tarifs pleins varient entre 15 et 20 euros par trajet. « Le prix de revient kilométrique est équivalent au tarif de covoiturage. Et ce sont des bus confortables et réguliers conduits par des chauffeurs professionnels », souligne Joël Arcondegux.

Seul hic pour ce professionnel, Bordeaux ne dispose pas de gare routière. La dizaine de cars transitant via la métropole doit donc partir soit de la gare Saint-Jean, soit de la gare de Pessac.