Condamnés pour une liposuccion mortelle

©2007 20 minutes

— 

La responsabilité d'un anesthésiste, d'un cardiologue et d'un chirurgien bordelais a été reconnue hier par la cour d'appel de Bordeaux dans le décès d'une femme de 55 ans, en décembre 1997, à

la suite d'une liposuccion et d'une lipectomie du ventre (ablation de la masse graisseuse). Elle avait été opérée malgré une forte tension et est décédée deux jours après l'intervention d'une embolie pulmonaire.

L'avocate de la famille avait pointé des moyens de réanimation inadaptés. Les magistrats ont constaté « l'absence de mise en place d'une voie centrale [perfusion] dès la baisse de la tension artérielle au sortir du bloc opératoire », « l'absence d'échographie cardiaque » et un manquement à l'obligation d'information.

peine La cinquième chambre civile de la cour d'appel a confirmé les condamnations prononcées en première instance en octobre 2005 : les médecins devront verser solidairement 100 000 € à la famille de la victime.