Ligue Europa: Les Girondins méfiants après leur courte victoire (1-0) contre Almaty

FOOTBALL Pourtant supérieur aux Kazakhs, Bordeaux n’a pas réussi à creuser l’écart lors du match aller…

Marc Nouaux

— 

Frédéric Guilbert, le défenseur des Girondins, lors du match contre le Kairat Almaty, le 20 août 2015.
Frédéric Guilbert, le défenseur des Girondins, lors du match contre le Kairat Almaty, le 20 août 2015. — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Il faudra bien s’en contenter. La courte victoire (1-0) des Girondins face au Kairat Almaty ce jeudi soir en barrage aller de la Ligue Europa n’est pas de nature à provoquer un optimisme débordant. Malgré leur supériorité contre un adversaire assez faible défensivement, ils n’ont pas réussi à creuser l’écart après l’ouverture du score de Khazri (27e).

« C’est une équipe prenable »

« C’est dommage car 1-0, c’est aller au Kazakhstan avec une marge réduite et c’est aussi aller au Kazakhstan dans la difficulté », a déploré l’entraîneur, Willy Sagnol à l’issue de la rencontre. Le technicien girondin a aussi regretté les trente dernières minutes de ses hommes, évoquant de la « déception » et soulignant « qu’il en manquait sous la pédale ».

En effet, lors de la dernière demi-heure, les Bordelais ont surtout reculé et aligné les passes latérales ou en retrait, provoquant même des sifflets et des réactions d’énervement du public. « Les centres n’arrivaient pas au bout et on n’arriver pas à percer, notamment en faisant des une-deux, a analysé le milieu de terrain, Abdou Traoré. C’est une équipe prenable, ce n’était pas un match très difficile, on attendait mieux. Peut-être qu’aujourd’hui, ils voulaient faire match nul et qu’ils ne se sont pas assez lâché mais il va falloir être prudent chez eux. »

« Le public est vraiment chaud »

Au retour, les Girondins devront toutefois absolument éviter de gérer puisque cette jeune génération (seuls deux joueurs avaient plus de 25 ans sur le terrain) ne semble pas encore assez armée pour défendre sans être mise en danger pendant toute une rencontre. « On a une équipe très, très, jeune et j’espère que ce ne sera pas un frein à notre qualification », prévient d’ailleurs Sagnol.

Dans le petit stade (24 000 places) d’Almaty, Bordeaux devra donc être sur ses gardes. Vladimir Weiss, l’entraîneur slovaque d’Almaty prévient. « Les supporters sont sans doute extraordinaires chez vous mais chez nous le stade sera rempli, 24000 personnes seront présentes et supporteront l’équipe. » Gerard Gohou, l’attaquant ivoirien d’Almaty, est sur la même longueur d’onde que son coach. « Le public est vraiment chaud, il peut nous motiver. Même à 1-0, ce sera du 50-50. »