VIDEO. Gironde: «évolution favorable» sur l'incendie, mais gare aux vents

FEU La lutte des sapeurs pompiers continue pour éteindre l’incendie…

M.L. avec AFP

— 

Des pompiers luttent contre le feu à Pessac, en Gironde, le 26 juillet.
Des pompiers luttent contre le feu à Pessac, en Gironde, le 26 juillet. — AFP

L’incendie, près de Bordeaux, connaît une « évolution favorable », avec un peu de pluie dans la nuit dimanche à lundi et une surface détruite stable, 560 à 580 hectares. Un quatrième jour de lutte s’annonçait, lundi, pour plus de 300 pompiers engagés, afin de parer à des reprises de flammes.

« Il n’y a pas eu d’extension du feu dans la nuit, au contraire il y a une évolution plutôt favorable », a annoncé lundi matin le préfet de la Région Aquitaine et du département de la Gironde, Pierre Dartout, à la presse au PC opérationnel de Saint-Jean-d’Illac, à 20 km au sud-ouest de Bordeaux.

Aidés par la pluie

« Nous avons été un peu aidés par la pluie, qui a facilité le travail des personnels sur le terrain » et a « évité que les choses se dégradent, même si elle ne change pas fondamentalement les choses », a-t-il ajouté. « Il y a toujours des départs de feu, il y en a encore eu un ce matin », a relevé le préfet, ajoutant que l’engagement de plus de 300 sapeurs-pompiers restait le mot d’ordre, avec un « travail en profondeur », notamment avec des engins lourds traitant le sol, pour éviter des départs de feu.

En outre « il y aura de nouveau du vent, des rafales est-ouest » dans l’après-midi, cette période ayant coïncidé depuis deux jours avec des reprises de feu et des progressions de l’incendie.

Des avions en soutien

Les moyens aériens demeurent en soutien, avec quatre Canadair et un avion Dash, éventuellement un Tracker à disposition, et « les largages vont reprendre en toute fin de matinée », a annoncé Pierre Dartout.

Des Canadair peuvent toutefois à tout moment être détournés vers un feu naissant ailleurs, comme cela a été le cas brièvement dimanche, en Gironde et en Lot-et-Garonne, car la stratégie est « d’étouffer immédiatement les feux naissants avec des Canadair ».

Les autorités statueront dans la journée quant au retour éventuel chez elles de 600 personnes évacuées, vendredi et samedi soir, de leurs maisons menacées à Saint-Jean-d’Illac et Pessac. « Il faut s’assurer que les terrains situés entre le front du feu et les habitations sont suffisamment neutralisés pour éviter toute saute de feu », a assuré le préfet, qui ne s’est pas avancé sur un retour.