EN IMAGES. Incendie en Gironde: 600 hectares de pinède détruits, «le feu de nouveau stabilisé»

INCENDIES Près de 300 maisons ont été évacuées...

20 Minutes avec AFP

— 

Un pompier observe l'incendie survenu à Saint-Jean d'Illac (Gironde), le 24 juillet 2015. Lancer le diaporama
Un pompier observe l'incendie survenu à Saint-Jean d'Illac (Gironde), le 24 juillet 2015. — AFP

Après trente-six heures de lutte acharnée, l'incendie de forêt en Gironde est «de nouveau stabilisé» dimanche matin, selon le préfet de la Région Aquitaine et de la Gironde, Pierre Dartout. Quelque 500 pompiers luttent contre le feu depuis vendredi après-midi dans le département en proie à la sécheresse.

Parlant à la presse au PC incendie sur la RD211, près de Saint-Jean-d'Illac, à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux, le préfet a précisé: «La nuit a été favorable avec des températures basses» et «des vents très légers». A ce stade, «aucune habitation a été endommagée», a-t-il ajouté.

L'incendie avait d'abord été stabilisé samedi après 24 heures de lutte. Hélas, relancé par le vent, il avait repris sa progression samedi après-midi. Alors que les renforts affluent de tout le pays pour soutenir les pompiers dans leur lutte contre l'incendie et que des habitants ont été évacués, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est attendu sur place dimanche matin.

Plus de 300 pompiers mobilisés

Il y a eu regain de vents, «avec des rafales à plus de 40 km/h, et une évolution défavorable sur un secteur du feu qui a obligé à redéployer des moyens importants pour la traiter», a indiqué le directeur de cabinet du préfet de Gironde, Simon Bertoux.

Incendie en Gironde: "le feu stabilisé mais pas... par BFMTV

«Le feu est très préoccupant», a déclaré à la presse au PC opérationnel de Saint-Jean-d'Illac, à 20 km de Bordeaux, le directeur de cabinet du préfet, Simon Bertoux. «Le feu pose problème, car même si le vent est tombé, il a développé suffisamment d'énergie pour crééer son propre vent», a précisé le directeur-adjoint des pompiers de Gironde, le colonel Dominique Mathieu.

Des unités de relève, 300 autres pompiers, étaient dans la nuit de samedi à dimanche «en train d'arriver de toute la France, de Montauban, de Chambéry, de l'Ouest», a ajouté le directeur de cabinet du préfet, rappelant que 380 pompiers de Gironde et des départements voisins, mais aussi 120 policiers et gendarmes en appui, étaient déjà mobilisés par l'incendie.

Cinq avions de lutte contre le feu devaient rester engagés en début de soirée, avec quatre Canadair, dont deux de retour de leur base de Marignane (Bouches-du-Rhône), qu'ils avaient regagné samedi, ainsi qu'un bombardier d'eau Dash, selon la préfecture.

Quelque 150 maisons ont été évacués samedi soir dans un quartier excentré de Pessac, Toctoucau, la quasi-totalité de ces habitants relogés chez des parents ou des proches. Ils viennent s'ajouter aux 120 ménages, sur Saint-Jean-d'Illac et Pessac, qui avaient été évacués vendredi soir.

Les autorités craignaient que le feu ne vienne à menacer à terme un nouveau quartier, situé celui-là sur la commune voisine de Cestas, un quartier comptant environ 500 habitants, en fonction des absences pour les vacances. Aucune évacuation n'y est pour l'instant envisagée cependant. La préfecture a rappelé qu'«aucune habitation, aucun bien n'a été atteint» à ce stade par l'incendie qui s'est déclaré vendredi vers 14h30.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sera sur le front à Saint-Jean-d'Illac dimanche à partir de 8h30 pour visiter le PC opérationnel, rencontrer des pompiers, des habitants évacués. Il a salué samedi les «acteurs engagés sans relâche sur le terrain» et les a assurés «de la solidarité nationale pour lutter contre ces feux».

Aucune hypothèse n'est exclue quant à l'origine du feu

Le département de la Gironde, qui était ces jours derniers en risque incendie «sévère», va passer du coup en risque «très sévère». «Il n'y a pas de fébrilité, mais il y a une situation sérieuse qui est de nouveau défavorable, et mérite un fort engagement», a précisé la préfecture. «Le feu avance vers le sud, vers une zone plutôt boisée, ce n'est pas le pire front, mais c'est une reprise».

Vendredi puis dans la nuit, deux sapeurs-pompiers ont été lègèrement blessés, l'un victime d'une inhalation de fumée, l'autre d'une blessure au dos, mais aucun n'a nécessité d'évacuation.

L'origine de l'incendie de Saint-Jean-d'Illac n'était pas connue et les gendarmes n'excluaient samedi aucune hypothèse, telle que le jet de mégot, l'origine accidentelle ou criminelle...L'incendie de Saint-Jean-d'Illac est l'un des plus importants des dernières années en Gironde, département recouvert à plus de 45% de forêt.