Le Bordelais part à la conquête de l'Orient

©2007 20 minutes

— 

Les Asiatiques lorgnent sur le Bordeaux. Ils seront mille cinq cents à se rendre, dès dimanche, à la 14e édition de Vinexpo. Deux cent cinquante Chinois sont attendus, soit trois fois plus qu'en 2005. Un signe d'évolution dans le Bordelais, qui semble sortir de la crise, même si « des propriétaires sont toujours en difficulté », note Robert Breynat, le commissaire général du salon.

Entre 2005 et 2006, le chiffre d'affaires des vins girondins a augmenté de 24 % à l'international. Cette hausse est due, en partie, à « l'intérêt croissant du marché asiatique, et plus particulièrement chinois », assure Pascal Loridon, directeur marketing du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Entre 2005 et 2006, le marché a doublé en Chine et progressé de 51 % en Corée du Sud. Les grands crus ne sont pas les seuls concernés, ces clients visant plutôt des vins de 4 € à 15 € la bouteille.Pour autant, Robert Breynat ne partage pas l'optimiste du CIVB. « Le marché asiatique s'éveille depuis deux ou trois ans. Il faut être présent et agressif, mais ne pas s'attendre à y vendre autant qu'aux Etats-Unis. » L'Amérique du Nord, la Belgique, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne restent les partenaires privilégiés des producteurs girondins. Sans oublier la France, qui achète 66 % de leurs vins. Un Français consomme en moyenne cinquante-cinq litres de vin par an. Un Américain en boit douze et un Chinois, à peine un litre, l'alcool de riz restant la boisson traditionnelle.

chiffres 100 000 m2. C'est la surface de Vinexpo. 41 000 m2. C'est la surface occupée par les stands de vins et spiritueux. 23 687 m2 seront dédiés à la France, premier pays exposant. 2 400 exposants, venus de 45 pays, sont attendus cette année. 45 000 acheteurs et distributeurs, venus de 140 pays, seront présents. 300 000 €. C'est le coût de la passerelle sur le lac, entre le palais des congrès et le parc des expos.